Parkplatz im Wald

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Parkplatz im WaldIch war beruflich unterwegs und es sollte ein heißer Tag geben, also nahm ich kurze Hose und T-Shrit mit und wollte mich direkt nach meinen Termin auf einem Parkplatz umziehen. So kam es dann auch und vielleicht konnte ich ja einem Trucker oder auch einer Frau meinen Schwanz zeigen.Gleich an der Bundesstraße kam ein Parkplatz, abgelegen, aber leider sehr voll und ungeeignet. Ein Stück weiter kam links im Wald auch ein Parkplatz, aber ich war schon vorbei. Der sah aber für meine Exhibitionistischen Zwecke sehr gut aus, also hab ich gedreht. Ein Waldweg und links waren Parkplätze, aber alle besetzt. Rechts ging gleich noch ein Waldweg rein, also bin ich da mit dem Auto Rückwärst rein. Ich bin an den Kofferraum und hab mich ausgezogen, komplett nackt. T-Shirt und kurze Hose lagen bereit. Ich wichs meinen Schwanz schön hart, bis er die vollen 20 cm ausgefahren hat, als vorne ein Paar in den 60zigern mit Hund vorbeiläuft und zu ihrem Auto ging, das bei den anderen geparkt war. Die konnten nur den freien Oberkörper sehen, der Rest war vom Auto verdeckt. Sie schauten sehr skeptisch und ich rief Ihnen zu: Nur die Business Kleidung bei der muğla escort Hitze ablegen und lachte. Da lachte sie auch und winkten. In dem Moment fährt eine ältere Frau in einem Fiesta auf den Platz und wartet bis die anderen weg sind und nimmt den Parkplatz. Ja, jetzt kommt die Chance…….Ich senke meinen Kopf in den Kofferraum und warte was passiert. Sie kommt mit ihrem Hund genau auf mich zu. Ich nehm schnell meinen lange Hose, lege sie auf den Boden und stecken einen Fuß rein. Jetzt sehe ich ihre Mörder Titten, sehr geil, aber leider ist mein Rohr nur noch halb steif. Als sie genau neben mir ist, ich hab den Kopf gesenkt als wenn ich sie nicht sehe und steige mit dem Fuß aus der Hose und stelle mich, mit der Hose in der Hand, komplett nackt vor ihr auf. Wir schauen uns an, sie schaut an mir runter und sofort reagiert mein Rohr und wird härter. Als sie mich wieder ansieht, schaue ich runter, schaue hoch und lege die Stirn in Falten. Entschuldigung, ich möchte Sie nicht belästigen, wollte mich hier nur kurz umziehen, ich habe sie nicht bemerkt. Mein Rohr zuckte und wippte sich in die Waagrechte und stand jetzt voll ab. Sie sagte: muğla escort bayan Naja, sie haben mich ja nicht belästigt sondern ich sie überrascht und grinste. Langsam rutschte die Vorhaut weiter zurück und die Eichel mit dem Loch kam zum Vorschein und war total nass, als der Hund an der Leine zog und zu meinem Kofferraum zog Die Frau musste einen Schritt vor machen und stand jetzt 50 cm vor meine harten Latte. Ich ging zurück, griff mir ans Rohr und bog ihn zur Seite. Sorry sagte ich, nicht dass ich sie noch berühre mit dem harten Ding. Zog dabei aber die Vorhaut komplett zurück und stand mit blanker Eichel vor ihr, den Schwanz noch immer in der Hand. Sie schaute genau hin. Dann würde ich sagen, meinte Sie, dass sie da mal was tun müssen und für mich nenne ich das eine gelungene Überraschung. Und schwupp ging sie weiter……scheiße dachte ich.Ich wichste mich und hoffte se dreht sich um, aber nix war.Ich zog die kurze Hose an und setzte mich ins Auto und schon kam eine dicke Alte aus dem anderen Weg mit 3 Hunden. Ich war so geil, also Hose wieder aus und fing mich an zu wichsen. Ich zeigte der Dicken deutlich, was ich am treiben escort muğla bin, aber sie reagierte nicht und dass in 5 Minuten die Polizei da steht , wollte ich auch nicht. Aber jetzt musste ich abspritzen, sonst kann ich mich nicht konzentrieren beim Auto fahren. Ich legte den Sitz etwas zurück. Legte ein Bein auf die Beifahrerseite und wichste mein hartes Rohr. Herrlich steil stand er in die Höhe und die Eier tanzten.Na, erledigen Sie das doch gleich hörte ich und erschrak total. Die andere von eben stand neben meinem offenen Fenster und erwischt mich beim abwichsen. So wie ich lag, konnte ich noch nicht mal was verstecken, was ich ja eigentlich auch gar nicht wollte. Mein Rohr stand steil hoch, die Eichel total nass glänzend frei liegend. Ich die Hände drum und sagte: Mein Gott, wie oft muß ich mich heute noch bei Ihnen entschuldigen?Gar nicht sagte sie, grinste und gehen sie ruhig ihren Bedürfnissen nach.Überrascht sah ich sie an, aber wichste dabei schon weiter. Ich legte mich zurück und wichste mich genüsslich und knetete mir die Eier und die Dame blieb stehen und schaute wie ich mich abwichse.Ich spritze mir eine schöne Ladung auf den Bauch und Brust und als ich abschoss, grinste sie freudig. Danke für das zusehen sagte ich…..gerne antwortet sie, griff mir auf den Bauch in einen Spermaplacken, zerrieb es in den Fingern und ging.Ich machte mich sauber, zog mich an und war auch verschwunden.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Soirée partouze

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Soirée partouzeLéCela fait maintenant trois mois qu’Antoine prend plaisir semaine après semaine à se transformer en Léanna, au point qu’il préfère désormais être Léanna et regrette à chaque fois de devoir reprendre sa vie de jeune garçon efféminé….ma demeure est son lieu d’expression, Léanna peut y être la jolie jeune fille coquine qu’elle souhaite être et cela pour mon plus grand plaisir. Sa tenue, son maquillage, sa démarche se sont grandement améliorés, Léanna est la parfaite petite Sissy rêvé par un pervers tel que moi. Eric, un ami rencontré lors de soirées travestie m’a demandé si je voulais venir à une soirée qu’il organisait dans sa maison de campagne dans l’Oise. Il y aurait des travesties, androgynes, et des mecs. Eric connait Antoine, il l’a déjà vu rapidement, et il sait que récemment j’en ai fait ma sissy…il veut que je l’enmène avec moi. Ça sera l’occasion pour Léanna d’apparaître devant d’autres hommes dans un autre endroit, je pense que ça lui fera plaisir. Et je ne me suis pas trompé, ma petite coquine est ravie d’aller se montrer en soirée travestie. Le grand jour est arrivé, Léanna a choisi de se changer à la maison et de faire le trajet en voiture déjà prête. Il fait nuit et elle est si féminine que les personnes qui la verraient penseront que c’est une jolie blonde. Pour l’occasion elle a mis ses talons aiguilles noirs, sa mini jupe noire de pute et un petit haut sexy qui laisse presque apparaître ses petits tétons roses et une jolie perruque blonde qui va à ravir avec son maquillage bien sexy et sa peau blanche de poupée. Je dois dire que sur le trajet j’ai déjà une bonne érection, je demande à Léanna une petite fellation. Elle me sourit et ouvre ma braguette, fouille un peu sort ma bite déjà bien dure pour la prendre en bouche. Elle aspire doucement et commence lentement à aller et venir sur ma bite.”Hmmmm tu suces une reine chérie. Continue c’est délicieux.”Elle pousse des gémissements de plaisirs, elle sait que ça m’excite. Léanna me suce encore comme ça cinq six minutes, mais je dois l’arrêter…quelques minutes de plus et je jouis ! Heureusement nous arrivons enfin chez Eric. Devant la grande demeure, une dizaine de voitures sont déjà garées. Il doit y avoir du monde!Je me gare, Éric nous attend sur le perron. “Bonsoir, ça va tous les deux!? Holalala qu’elle jolie jeune fille que voilà!””Oui ça va impeccable, je te présente Léanna. Leanna, je te présente Éric.”Ils se font la bise, je suis sûr qu’Eric doit déjà avoir une bonne gaule. On entre dans le salons, il y a déjà une quinzaine de convives, je compte huit hommes dont moi et sept travesties dont Léanna. Ils ont tous entre quarante et soixante ans, nous sommes les plus jeunes et Leanna est de loin la plus jeune, elle ne manque pas d’ailleurs de se faire remarquer. Les autres travesties sont aussi habillées très sexy, elles ont balıkesir escort plus d’expérience. Trois d’entre elles qui discutent dans un coin viennent chercher Léanna en la complimentant sur sa tenue, sa beauté etc…. Les autres hommes présents me félicitent;”Jolie petit lot que tu amènes là dis donc!””Il y en aura pour nous? Hahahaha? Tu nous mets en appétit là!”Tout le monde boit et rigole dans une ambiance bonne enfant, ça et là certaines travesties se font toucher et caressent quelques mecs….la température monte peu à peu. Eric et deux autres mecs viennent vers moi;”Tu veux bien amener ta copine par là?””Oui bien-sûr.”Je fais signe à Léanna qui s’approche de nous. Eric se lève et laisse sa place sur canapé à Léanna. Elle se retrouve entre les deux mecs, deux types d’une cinquantaine d’années, grisonant avec un peu de ventre. “Tu es très jolie Léanna, tu as quel âge?””Merci, j’ai 18 ans.””Hmmm c’est bien ça. Moi je m’appel Éric, j’ai 58 ans. À ta droite c’est Carl et à ta gauche c’est Fred.”Tous les deux lui sourient et commencent à poser leur main sur les cuisses de Léanna. Elle se laisse faire, elle va même jusqu’à toucher les deux mecs à travers leur braguette. Ils sont agréablement surpris.”Hahaha elle n’a pas peur! Tu veux voir ce qui se cache là-dessous?””Oui monsieur””Viens avec nous, on va te montrer petite coquine.”Eric leur faire signe de la tête de les suivre, les deux mecs et Léanna lui emboîtent le pas. Je les suis jusqu’à une chambre à l’étage. Les trois mecs se mettent rapidement à poil pendant que leur proie attend sagement assise sur le lit. Les trois mecs ont la queue bien raide, ils prennent place sur le grand lit. “Viens là ma jolie” lui dit Éric. Leanna le rejoint. Ils s’embrassent goulûment pendant que les deux autres tripotent le petit cul de Leanna et lui retirent son string. Puis les deux autres lui roulent à leur tour de grosse pelles. Elle semble comme absorbée par les trois cochons en rûte. Puis tous les trois s’assoient sur le lit. Leanna réagit en conséquence et commence à les sucer. J’observe la scène depuis un fauteuil dans la chambre et me branlant doucement. J’aime voir Leanna dominée par trois vieux pervers. Elle les suce et les branle comme une vraie petite pute. Fred passe derrière elle et lui applique du lubrifiant entre les fesses pendant qu’Éric appuie sur sa tête pour l’étouffer avec sa queue. “He la tue pas avant que j’ai pu la baiser!” Réagit Carl.”T’inquiètes pas il en faut plus pour ces jeunettes d’aujourd’hui, elles sucent comme des putes!”Léanna encaisse les gorges profondes imposées par Eric et Carl, ils s’amusent à lui baiser bouche à tour de rôle pendant que Fred s’occupe de sodomiser le petit cul de ma salope. “Hmmmmm c’est bon hein! T’aime ça qu’on te baise!”Malheureusement, sa bouche étant occupée, elle ne peut répondre que par des gémissements. escort balıkesir Cela semble encore plus exciter Fred qui lui met de gros coup de bite, au point que Léanna heurte le ventre d’Eric avec sa tête. “Vas-y défonce la!” Gueule Éric qui enfonce sa queue dans la bouche de Léanna. “Hooooo ouiiii putain mais quel cul!!!””Joui dans son cul Fred!””Hoooo oui je vais jouiiiiirrrr !!!!” “Ouai aller joui dans son cul, crache tout!”Fred se met alors à envoyer de bon coups de reins en poussant un long râle de plaisir. Léanna gémit, la queue d’Eric dans les amygdales. Fred se retire enfin et le cul de Léanna se retrouve alors béant, du sperme coulant doucement de son orifice tout rose.”Au suivant ! Hahahahaha” s’esclaffe Fred qui se dirige vers la salle de bain. “Aller je prend la suite!” Eric prend place derrière Léanna. “Hmmmmm quel jolie petit trou du cul, en plus c’est déjà tout lubrifié hahhaa!” Et sur ces mots il enfonce sa queue en elle. Ma jeune esclave encaisse les coups de bites d’Eric en suçant goulûment la queue de Carl. Ce dernier me regarde en train de me masturber devant la scène. “Viens avec nous au lieu de rester dans ton coin.”Je prends place à côté de Carl, face à Léanna qui se fait violement enculé par Eric. Elle relève la tête vers moi. Son regard me demande la reconnaissance de l’esclave envers le maître. Je lui sourrie, elle se débrouille très bien au milieu de ces gros pervers. Toute contente, elle prend ma queue dans sa bouche. Elle me suce en bavant bien sur ma queue et mes couilles. Et avec sa main droite elle arrive à masturber Carl. Je suis fière de mon travail, elle est devenu une vraie experte. “Ho merde je vais jouir!” C’est Carl qui semble un peu paniqué. Sûrement qu’il s’est laissé allé avec la main de Léanna. En enttendant ces mots elle prend tout de suite sa queue dans la bouche et le laisse décharger à l’intérieur. “Hmmmmmm ouiiiiii vas-prends tout dans la bouche!!!” Elle descend bien sur la queue de Carl, récoltant tout son jus pendant qu’Eric la secoue avec ses coups de queues. Puis Leanna relève la tête ouvre la bouche pleine de jus et avale tout. Carl, qui est pourtant un pervers confirmé, reste scotché par une telle performance. Surtout que la petite cochonne ne perd pas une seconde et reprend immédiatement ma queue en bouche. Une travestie supplémentaire arrive alors dans la chambre surprennant la scène de débauche. C’est Coralie, une jolie sissy confirmée d’une quarantaine d’années. Elle est habillée toute en lingerie fine sexy avec une paire de talons aiguilles. “Bonne de cochons, à quatre sur une petite jeunette! Vous n’avez pas honte!?””Bah viens par là Coralie, tu vas avoir ta part!” Et sur ces mots Eric sort sa queue du cul de Léanna. Coralie approche sa bouche et suce le chibre qui a trempé dans l’anus de ma petite salope et le sperme de Fred. Puis Éric balıkesir escort bayan retourne dans le trou de Léanna, sûrement préfère-t-il mettre sa queue dans un jeune trou. “Vieux pervers va, tu préfères te taper la jeunette, pas grave….”, Puis elle prend place à côté de moi et commence à me caresser. Je dois dire que j’ai toujours bandé sur Coralie, elle a un corps sublime de pute, un cul magnifique et un visage qui appel au sexe. Je sors ma queue de la bouche de Leanna et me redresse. Coralie comprend mes intentions et se place à quatre pattes à côté de Léanna. Je viens derrière elle, son cul est écarté laissant apparaître son superbe anus offert. J’enfonce ma queue en elle provocant un gémissement. Eric et moi côte à côte , enculant chacun une jolie cochonne. Nos deux salopes se mettent à s’embrasser en encaissant nos coups de bites. Eric excité par le spectacle et la queue serré dans le cul d’ado de Léanna finit par exploser et jouit comme un porc!”Hooooo ouiiiiiiiiii je jouis!!!!!” Il ecrase complétement Léannna qui n’a d’autre choix que de se mettre à plat ventre sous son poids. Et ils restent comme ça deux bonnes minutes avant qu’Eric se retire et parte lui aussi dans la salle de bain. Dans la chambre ne restent plus que Léanna, Coralie et moi occupés à notre baise, ainsi que Fred et Carl qui nous regardent.”Mets ton cul devant moi ma chérie, je vais te faire du bien.” Sur ces mots de Coralie, Leanna présente son anus d’où s’échappe le sperme d’Eric devant elle et se fait lécher. Coralie lui fait un bon anulingus, tout en prenant ma queue dans son cul elle déguste l’anus de ma soumise. Je prends mon pied devant ce spectacle sublime. J’ai envie de changer. Je reprends Leanna par derrière et Coralie se met debout pour que je puisse la sucer pendant que je prends ma soumise. Coralie a vraiment une belle queue avec un gland bien rose. “Hmmmmm c’est bon, t’as vraiment une bonne bite Coralie!””Merci chérie, continue comme ça je vais jouir”Je continue à pomper pendant que je pénétre doucement Léanna….Coralie retire sa queue de ma bouche et se masturbe vigoureusement, puis la relâche. Je la reprends immédiatement en bouche…elle jouie en bonnes giclés. J’aspire son gland en gardant tout dans la bouche.”Hooooo ouiiiii chérie c’est bon ça!!!!” Maintenant ça va être à mon tour de jouir, je recrache le sperme de Coralie sur ma queue et le cul de Léanna j’accèlère. Je sens que je vais jouir, je m’arrête. “Retourne toi!” Léanna me fait face et se met sur le dos. Elle a la queue rose toute dur. Je colle nos deux queues l’une contre l’autre et commence à frotter nos glands en nous masturbant. On se roule de grosses pelles devant l’assistance.”Tu as as été vraiment bonne ma chérie, jouissons ensemble maintenant.” “Oui maître.”Le contact de sa queue contre la mienne, sa peau douce….je ne tiens plus, je décharge à gros jets sur la queue et le ventre de Léanna, mon sperme asperge son corps….j’ai rarement eu d’orgasme aussi intense et elle le sent…..elle aussi jouit contre moi en gémissant. On se sert l’un contre l’autre, jouissant ensemble sur nos deux corps.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Analsex im Gewächshaus

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Analsex im GewächshausIn einer überfüllten Straßenbahn lernte ich Agnes kennen. Um ehrlich zu sein, ich bin gelegentlich ungeschickt und zwischen den vielen Leibern, die sich aneinander pressten, trat ich Agnes derart übel auf den Fuß, dass ich sogar ihren Schuh beschädigte. „Aua, Sie Trampel!“, schrie Agnes auf, von der ich noch nicht wusste, dass sie so hieß. Agnes kämpfte sich rüde durch die Menge in Richtung einer der Türen, ich schlängelte mich tapfer hinter her, mehrfach wütenden Gesichtern Entschuldigungen zumurmelnd. An der nächsten Haltestelle sprang Anges aus der Tram und ich war ihr weiterhin auf den Fersen, was sie erst jetzt bemerkte. „Sie schon wieder! Was wollen Sie noch außer meinem Fuß und meinem Schuh kaputt treten?“, rief sie mir entgegen und blieb stehen. Atemlos kam ich vor ihr zum Stillstand. „Es tut mir leid, ich wollte das nicht. Es war so voll da drinnen!“, stammelte ich und setzte ein unsicheres Lächeln auf.Meinem Lächeln konnten viele nicht widerstehen, auch Agnes verfiel meinem Charme und beruhigte sich. Nur schwer konnte sie sich ein Grinsen verkneifen, als sie meinte: „Ja, ja. Schon gut. Gibts sonst noch was?“ Nun war es an mir, zu improvisieren. Mir fiel nichts Besseres ein, als sie rasch auf einen Kaffee einzuladen, die geeignete Kaffeebar war nur wenige Schritte entfernt. Vor dampfenden Tassen stellten wir uns endlich vor und Agnes erzählte mir, dass sie als Floristin und Landschaftsgärtnerin sei und momentan in einem großen Gewächshaus arbeitete. „Das ist einfach mein Traumjob, Blumen und Pflanzen widersprechen nicht und gedeihen, wenn man sie gut und richtig behandelt.“, erklärte Agnes. „Kann ich dich dort einmal afyon escort besuchen?“, fragte ich, ehe ich eigentlich kapierte, was ich da verzückt sprach. Denn ich war von ihrem süßen Gesicht und ihren weiblichen Kurven abgelenkt genug, dass ich auch gefragt hätte, ob ich sie auf den Mond begleiten dürfte – ohne Astronautenanzug.Agnes reagierte amüsiert, um ihre Mundwinkel zeichneten sich Grübchen ab. „Okay, warum nicht? Du kannst mich heute abholen, um 18:00 Uhr wäre gut, dann bin ich dort alleine und schließe alles ab für die Nacht.“ Ich hörte nur alleine und nickte. „Ja, ich bin da. Pünktlich!“ Nach dem Adressentausch und einem hastig leergetrunkenen Kaffeebecher verschwand Agnes leicht humpelnd, ich blickte versonnen hinterher. Dann drückte ich meiner Schwester das Babysitting für unsere gemeinsame Nichte auf. Punkt achtzehn Uhr stand ich im Eingang des Gewächshauses und fühlte mich verloren. Es war riesig! Und tropisch warm. Glücklicherweise hatte Agnes nach mir Ausschau gehalten, sie sah sexy aus in Gärtnerschürze. Sie sah immer sexy aus. Begeistert führte sie mich durch die Reihen, nannte mir fremdklingende, lateinische Namen für exotische Pflanzen und ich heuchelte Interesse.Die meiste Zeit war mein Blick auf ihren süßen, geilen Hintern gerichtet – und das entging der klugen Agnes nicht. Unvermittelt drehte sie sich zu mir um, ich stieß gegen sie. Sofort packte sie meine Hände und legte sie auf ihren Hintern, bevor sie ihre um meinen Hals legte. Agnes küsste mich lange. „Das wolltest du doch die ganze Zeit schon tun, ich habe es dir angesehen.“, murmelte sie atemlos. Ich nickte nur. Agnes lächelte verführerisch und verschmitzt, escort afyon schob mich weg und legte ihre Gärtnerschürze ab. „Komm, ich zeige dir noch etwas ganz Besonderes.“, lockte sie mich gurrend in den hinteren Bereich des Gewächshauses. Dort befand sich ein Raum fürs Personal mit Sofaecke und kleiner Küche. Agnes leckte sich über die Lippen und zog ihr T-Shirt aus, darunter trug sie einen feinen BH, der ihre großen, dicken Titten kaum fassen konnte.Als nächstes schlüpfte sie aus ihren Hosen und ihrem Slip, den sie mir zuwarf. Ich fing ihn auf und roch dran. Er verströmte dezent den Duft ihrer Muschi. Ich spürte, wie mein Schwanz sich aufbäumte und gegen die Hosenknöpfe ankämpfte, während ich auf Anges zuging, den Slip fallen ließ und ihren BH öffnete. Ihre warmen Brüste fühlten sich weich und geil an, ihre Brustwarzen traten hart hervor. Agnes zerrte bei einem Kuss hektisch an meinen Sachen, ich zog mich geschwind für sie aus und prahlte mit meiner großen Männlichkeit, die sie sofort auf dem Sofa sitzend in den Mund nahm. Ich stand vor ihr und stöhnte leise, weil sie so geil den Schwanz zu blasen verstand und mich oral verwöhnte. Ich hielt sie nach Minuten des Genießens fest und drückte sie auf das Sofa. Ich lag über ihr, küsste erst sie, dann ihre Titten, bald ihre rasierte Muschi. Sie schob mir ihren Hintern entgegen und ich leckte an ihrem süßen Po-Loch, das verdächtig zuckte. Langsam schob ich meinen Finger erst in ihre Möse, dann feucht und glitschig in ihren Hintern. Die geile Gärtnerin ging ab wie eine Rakete, als ich sei anal und oral zugleich verdarb.Das stöhnende Luder hatte eine Überraschung für mich, als ich mich auf sie afyon escort bayan werfen und tief und fest in die Pussy bumsen wollte. Die Optik meines sie anal dehnenden und fingernden Fingers und ihrer zuckenden Klitoris hatten mich furchtbar geil gemacht. Aber sie ließ es nicht zu, sondern sie hangelte nach ihrer Handtasche, die auf einem Tisch neben dem Sofa lag. Sie kramte darin, drückte mir eine kleine Flasche Gleitmittel in die Hand und drehte sich mit ihrer Kehrseite zu meinem hart pochenden Schwengel. Genussvoll betätigte ich den Knopf an der kleinen Flasche und klares Gleitmittel troff sofort auf ihr kleines Arschloch, dass ich damit massierte und zum Glänzen brachte. Meinem Schwanz gönnte ich gleichfalls etwas von dem Zeug, bevor ich ihn fest gegen das enge Loch drückte. Nach und nach drang ich in das Hintertürchen der geilen, nackten Gärtnerin ein. Wie geil das doch war, eine süße Lady von hinten in den Arsch zu ficken. Bei: www.pezax.com agnes stöhnte auf und bestätigte mir mit versauten Zurufen, dass sie ein Analsex Luder war, das es unbedingt auf diese Tour brauchte. Ich bumste sie zärtlich, aber bestimmt und mit gleichmäßigem Rhythmus bis zum Schwanzansatz in den Darm, was ihr zwei Orgasmen rasch hintereinander besorgte. Zuletzt schob ich meine Finger an ihre Klit, bumste sie noch fester und wilder in die Arschgrube, ich hätte weinen können, so geil war es, in ihrem Hintern meinen Orgasmus explodieren zu lassen. Schwitzend kam ich in ihr und sie genoss es wie ich. Ich legte mich auf sie, küsste ihren Nacken und ließ sie irgendwann unter mir hervorkriechen. „Wollen wir bei mir zu Hause weitermachen?“, fragte sie selig und verträumt. Ich nickte und reichte ihr ihr T-Shirt. Ich wollte möglichst rasch zu ihr, was uns auch gelang. Am nächsten Tag ersetzte ich ihr die kaputten Schuhe und drei Wochen lang war ich ihr Lover, der alle ihre intimen Pforten kennenlernte.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ete 2018 Voisins voisines – Soirée Sandrine

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ete 2018 Voisins voisines – Soirée SandrineChapitre II – Soirée SandrineAvant que certains ne partent en vacances, mois d’août oblige, Sandrine lance les invitations.Mandie me téléphone dans la foulée, ils achètent ensemble une plante, un vieil olivier en pot, pour qu’elle puisse l’abriter si besoin, en hiver… 25 euros chacun…Nous serons tous les 9, le groupe des voisins (Romain et moi, Phil et Mandie, Sandrine et Germain, Dolly et son Serge s’ils ont renoués, Lynn seule), Dylan et Albert.Pour Sandrine, sa cousine Claudia, qui est venue avec une amie Maria.Elle a invité des amis à elle, le groupe des régatiers, 4 couples avec lesquels ils se fréquentent, Germain et elles sont adeptes de voile et ils font souvent des régates avec eux. Même milieu, âge en rapport, entre trente-cinq et un peu plus. Je retrouve avec Romain ce beau monde, Romain va tenir la jambe (image…) à Lynn, et moi, je glisse vers Dylan (image…).On ne s’est pas revus depuis mon anniversaire, et cette merveilleuse nuit de tendresse…Nous visitons sa maison, le garage, les jardins, la piscine, c’est immense, entretenu, des tables sont dressées dehors, sur la terrasse ombragée et le temps est au beau fixe…Une camionnette dépose son cadeau, des fleurs, elle dit quelques mots, touchante, ravie…L’apéritif démarre, je fais signe à Dylan… On va dans le jardin, vers la clôture, une sortie annexe avec portillon et serrure, pour passer sur un chemin qui doit rejoindre la route.On trouve un coin tranquille, on s’embrasse…-Tu es si loin de moi…-Pas eu le temps, ma fille est passée avec son mari…-Un coup de fil ?-Pas pu, pas seule, Romain était là…-Je suis jaloux de Romain, de ceux qui t’approchent…-Idiot… Viens…Il m’embrasse, m’enlace, me caresse, son sexe surgit…-Maintenant ? Là ?Son baiser a fait son effet, ses caresses aussi, il le sent, sa main entre mes cuisses écarte ma culotte, son sexe vient au contact, robe relevée, il me pénètre, loin, profond, impérial… Je suis accrochée à la clôture, les doigts dans les mailles, légèrement courbée, il me possède lentement jusqu’au bout, et je jouis sans attendre, modérant mes vocalises, un bon gros orgasme, mes jambes flageolent, il bat la mesure…. J’entends des pas…Claudia et son amie… Elles visitent la propriété, regardent les fleurs, les arbres, enchantées, puis à quelques pas de nous, alors dissimulés dans l’encoignure de la haie, elles s’embrassent…-Ti amo … prendimi tra le tue braccia, accarezzami, fai l’amore con me come questa notte nella tua stanza …-Ti amo anche io, accarezzo la mia figa. Mio marito non stava più facendo l’amore con me, mi stava tradendo … Quella notte, mi sono rotto tra le tue braccia …-Pensi che faremo l’amore insieme? Con gli altri ?-Mi piacerebbe, non ti dà fastidio-Ho sognato per anni, lasciato andare, cazzo tutta la notte, donne, uomini, divertiti-Sandrine sa che sei così-Pensi che sia venuto qui per cosa ?-Germain? Ti piace-Mi aveva scopato quando sono venuti a trovarci a casa nostra, a Milano ..-Madona, ho la figa che scorre…-Anche io-Vieni al cottage-Oh, tu sei buono … Ma io voglio una coda-J’ai du mal à comprendre Dylan, tu comprends toi ?-Oui… Claudia et Maria ont fait l’amour cette nuit, Maria a encore envie d’elle, elle a envie de la caresser… Elles se demandent si ça va devenir une partouze dans la villa. Maria aimerait bien, elle envie de batifoler, elle en rêve depuis qu’elle sait qu’elle va venir en France… Claudia lui avoue que Germain l’a baisée dans la piscine lorsqu’ils étaient en vacances à Milan… Sandrine était en ville avec son mari…Sandrine sait qu’elle aime le sexe depuis sa séparation et qu’elle est devenue bi… Elles se caressent maintenant, mais Maria aimerait aller au gîte, on pourrait les voir… Claudia a envie d’un homme…-Où tu vas ?Dylan marche vers le bosquet, les deux femmes, sont debout, l’une adossée à un arbre, en train de s’embrasser, se masturbant mutuellement sous leur robe, en masquant leurs soupirs et étouffant leurs râles…-Claudia, volevi un cazzo nella tua figa, eccolo!-Ciao, bellissimo sconosciuto, sei solo ?-No, stavo flirtando con la mia ragazza e ho sentito lamentele… -Cadi bene, vogliamo un uomo… Ma lei può venire…Vieni nel nostro cottage, è proprio lì.Il se retourne vers moi, mais j’ai observé la scène et pu voir nos amies…-Elles nous invitent à continuer ce que nous faisions, dans leur gîte…-Pas froid aux yeux les poulettes… Tu veux te les faire ?-Ben… -Après tout, on est là pour ça, allez, hop !-Bonsoir, je suis Marika, voici Dylan, et vous ?-Claudia une vague cousine à Sandrine et Germain, Maria, une amie de Naples… Moi je suis de Milan…-Nous sommes invités pour la fête à Sandrine. Je suis divorcée, on faisait connaissance, j’ai les idées larges…-Je parle aussi français, Maria moins bien, elle comprend un peu… Pour les idées, nous aussi et tant mieux…Elle ouvre la porte du gîte, il n’y a que cette vaste pièce, un grand lit de 200 par 200 est dissimulé derrière un paravent…-Nous étions en train de nous faire du bien, et vous ?-Il venait de me prendre debout contre la clôture, il est très gros vous savez…-Oh, désolées, on a tout coupé…-Un peu, mais il en reste. Tenez, regardez !Je baisse le short, le sexe tombe, elles ont les yeux exorbités !-Mio Dio che cazzo ! Je peux ?Gourmande et rapide, Claudia att**** la chose dans sa main, caresse un instant, le voit grossir encore, puis approche ses lèvres…-Mettons-nous à l’aise…Elle quitte sa robe, la piétine, jette sa culotte, passe sa main dans sa chatte, s’agenouille, sans lâcher le membre glissant dans sa bouche…-Ça fait des années que je n’avais pas vu une bite comme ça…-Vas-y ma douce, prends-la, savoure-là. Je t’emprunte Maria pendant ce temps, viens…La superbe brunette aux cheveux courts s’allonge contre moi, ses lèvres sont douces, et tandis que Dylan se délecte de la sculpturale Claudia, et qu’ils se positionnent en 69, l’idée me vient de faire pareil avec sa douce amie…Sa chatte est trempée, épilée, sur le bas du pubis subsiste un fin cordon soyeux en forme de sourire, bien taillé… Sa langue est délicieuse, joueuse et réveille mes instincts. Elle savoure mon clitoris comme une fraise, le roulant avec sa langue, délicate, effleure, soulève, je suis emportée malgré moi, par une première vague… Mes doigts plongent en elle, elle se libère peu à peu, écartelée, Claudia aussi, nos voix résonnent, elle se fait prendre en missionnaire, simplement mais ardemment…-Il va m’éclater, oh, oui ! Oh ! Pousse encore, tu me détruits mais c’est si bon de te sentir… Attends je veux conduire…Elle monte sur lui, écarte ses cuisses, lui faisant face, descend son bassin, et le dard puissant entre doucement dans son fourreau, jusqu’à la remplir entièrement, et que les bourses tapent contre le sourire… Tiens, elle aussi !…-Ah ! Mon dieu ! J’en ai pris quelques-unes de bites… Mais là… Oh !… Oui !!!!!!!! Ouh !… Monster Cock !Elle se penche, revient, ouvre ses cuisses, touche son clitoris en accompagnant le sexe, se soulève, savoure, recommence…Son orgasme est soudain, entier, nous va droit au ventre…Je jouis des doigts de Claudia et plonge les miens dans son vagin dilaté, jusqu’à la main entière… Maria se met à crier aussi…Moi aussi, elle m’a fait pareil…On jouit toutes les 3 ensemble…Elle sort un objet de son sac, un dong pour filles en délire, à double entrée, me le propose, m’ouvre, le lèche, me lèche, l’enfonce judicieusement, je jouis… Puis elle vient se glisser, en ciseau contre moi, insère l’autre extrémité… Enlacées, jouissant du jouet ensemble, nos sexes tapent l’un contre l’autre au rythme de nos ondulations et de nos envolées lyriques…Cela fait longtemps que je n’avais pas utilisé ce genre de masturbateur, pour le faire à deux, ressentir les mêmes sensations, c’est jouissif !Claudia l’appelle, elle vient de revenir sur terre, elle positionne Maria sur le sexe encore dardé de notre amant, je m’approche et l’aide à trouver sa position, sans souci, elle est large, sa chatte est distendue, comme ses lèvres… Elle se laisse prendre…-Maria vient des pouilles, c’est mort, aride, pauvre. A quinze ans elle a fugué pour rejoindre la ville. Elle est tombée dans les pattes de la mafia, elle a tout fait, voleuse dans les gares, pute évidemment, Escort-girl à Rome et Florence, elle y rencontre un producteur qui la propulse dans son lit et vers le porno, elle a 18 ans révolus. Pendant deux ans elle a des rôles secondaires, elle passe lit en lit, de directeurs en politiciens, de pontes, en PDG mafieux, elle est belle… Mais on filmait sa chatte et les bites qui y entraient… Elle gagne un peu d’argent, économise, elle rencontre un acteur. Elle tombe amoureuse.Là elle vit dans une belle maison, il est gentil, la sort de ce milieu, elle a des rôles plus sympas, mais on la retrouve toujours sur des DVD ou Internet ou dans des cinémas de second plan… Son ami la trompe, elle veut le quitter, il la vend pratiquement, à 21 ans, à un homme d’affaires…Elle tourne des courts métrages, des publicités, elle habite dans un studio, possède une voiture… Elle doit encore parfois revenir à son métier d’origine pour boucler ses fins de mois, coucher pour de l’argent, se faire tripoter toute la soirée par de vieux salauds, dans ces hautes sphères glauques, entre politique et pègre…Je l’ai connue, nous avions chacune un rôle, dans un téléroman, j’étais belle, elle aussi, perverse et féline… On est devenues amies rapidement. Je la pris sous mon aile pour échapper aux griffes du système. Je connaissais déjà mon mari, il m’a aidée, elle est venue habiter avec moi. Ce fut notre premier échange, j’ai aimé l’embrasser, j’ai aimé lui faire l’amour, lui donner la tendresse, ressentir ses désirs, la faire se libérer de ses démons. Mais on tournait dans tout le pays, on devenait connues…On s’est installées dans le nord de l’Italie. On travaillait pour une société de production suisse, limite porno, mais ça marchait bien. Sketches, romans photos, c’était moins hard. Elle a rencontré un garçon, je me suis mariée avec Julio, un coup de tête, il était beau. J’ai lâché Maria quelques mois. Quand elle reprit contact avec moi, elle était caissière, était enceinte, un accident de parcours… Elle a avorté sur mon conseil. Je l’ai aidée, elle a trouvé un travail en suisse, bien payé, dans la vente… Elle était heureuse, 28 ans… Mais les hommes l’avaient détruite, elle n’arrivait plus à faire l’amour… On se voyait en cachette, mon mari la connaissait en tant qu’amie… Puis ce fut la fin de mon roman d’amour, je le découvris en train de baiser Sandrine dans la piscine, en vacances chez nous avec Germain, puis, peu de temps après, dans notre lit avec une de nos hatay escort voisines… Je partis le soir même, dégoûtée à mon tour…Maria m’hébergea quelques mois, je décidais de venir en France avec elle… On habite à Nice, nous travaillons ensemble dans la mode… Nous sommes venues ici pour essayer de rencontrer des partenaires, créer un site internet, vendre notre propre production.-Elle a l’air d’aller mieux côté sexe avec les hommes… On en a toutes besoin de temps à autres, enfin, pour nous…-Oui, elle est belle et sait se servir d’eux. Mais elle ne peut plus aimer…-Ca, on ne décide pas…-Tu as raison, elle peut encore trouver… Ici ce serait magique… Sandrine sait tout de nos vies, ses amis sont riches, ont des entreprises, des contacts… Si ça pouvait marcher…C’est à cet instant que Maria se met à gémir son plaisir, embrochée, en délire…-Oui, fais-moi l’amour… Fais-moi un enfant, fais-moi oublier tout le reste, je veux pleurer de bonheur dans tes bras…Elle relève ses fesses et il la prend lentement, jusqu’à ce qu’elle demande grâce. Elle crie à nous déchirer les tympans, puis il la couche, la reprend en ciseau, et lui fait l’amour pendant une heure…Elle vient glisser un mot à Claudia qui lui répond à l’oreille…Dylan la reprend au milieu du lit, étendue sur le dos, offerte, jusqu’au bout de leur extase mutuelle… Il essuie les larmes qui coulent sur ses joues, la serre dans ses bras et l’embrasse tendrement…Elle lui sourit…-Je t’aime, bel inconnu des îles…Je suis emportée par le dong qui coulisse en moi, nous jouissons en même temps, Claudia se met à pleurer aussi en voyant son amie comblée par Dylan, jouir de nouveau, par son petit trou, sans retenue et pleinement, jusqu’à ce qu’il l’emporte dans un orgasme divin, elle tombe sans force, vidée. Il l’embrasse devant nous, nous la léchons ensemble, recueillant la semence qui suinte de l’intimité largement ouverte de Maria, abandonnée entre nous deux…Habillées, pimpantes, nous retournons à la villa et faisons connaissance des amis de Sandrine, les 4 couples…Ils prennent l’apéritif au bord de la piscine, Albert est avec Lynn en maillot très mini. En faisant le tour, je découvre ces couples, pilotée par Sandrine…-Anne et Gilles, amateurs de régates… Commerçants au port.…-Virginie et Paul, ont aussi un bateau, Gérant de magasin d’articles nautique.-Gigi et Fred, plaisanciers, chefs d’entreprise tous les deux, mais pas la même…-Enfin, Cath et Lionel, restaurateurs sur le port…-Je sais que tu as fait connaissance avec ma cousine et son amie…-Oui… avec Dylan.-Mes 8 amis sont libertins, connus pour ça. Nous avons sympathisé lors d’une régate, nous avons un bateau, mais sommes pas sportifs à ce point, alors ils nous ont initiés. Gilles possède le plus beau, un 40 pieds, 12 mètres et quelques, 4 cabines… Le week-end suivant Gilles est venu avec Anne, il nous a donné un cours de navigation, précisé certains trucs, proposé de nous inscrire à la prochaine régate au large de Canet en Roussillon… Ils reviendraient avec nous et ferions les manœuvres ensemble…-C’est gentil…-Le soir nous avons dîné tous les 4 au restaurant, puis ils nous ont fait visiter le leur…Superbe, bien plus grand, le nôtre n’a que 4 couchettes. Leur voilier est bien mieux équipé, tout est automatique… Un vrai navire hauturier, je m’y suis sentie à l’aise… Surtout après le champagne, et Anne m’a entraînée dans leur cabine… Nous étions au port, les hommes buvaient de l’alcool, elle m’a regardée…-Tu sais, à bord, on vit nus…-Oui, nous aussi…Elle s’est déshabillée et a collé ses lèvres aux miennes…-Si tu veux, on peut le faire ici toutes les deux, ou alors en haut, libertines, on partage nos hommes…-Oui, OK, ça nous arrive d’être libertins aussi, en vacances, aux sports d’hiver, on se lâche ensemble, c’est mieux pour notre couple.Sa main s’est insinuée entre mes cuisses et notre baiser s’est éternisé, ma main a massé ses seins, elle m’a entraînée sur la couchette, elle est belle, féminine, féline, liane et on a fait l’amour, comme deux lesbiennes, comme deux chattes… Puis nous sommes remontées en nous tenant par la main, vêtues de notre innocence… Ils nous ont prises dans le salon, ça a duré toute la nuit… Je me suis réveillée seule avec Gilles dans la grande cabine … Germain était dans l’autre avec Anne…Le lendemain, régate, 4 bateaux, nous sommes restés avec eux. Le soir les autres nous ont rejoints.Ce fut ma première orgie véritable… 4 cabines, le pont, le carré, le salon avec la salle des cartes, ça baisait dans tous les coins. Les 3 hommes que je ne connaissais pas, ont voulu me garder pour eux, sans mon mari, ni Gilles. Ils ont fermé la grande cabine de l’intérieur. Je les ai tous sucé et ensuite, ils m’ont baisée ensemble, un dans la chatte, un dans le cul, un dans la bouche, et ils ont tourné, se remplaçant… Germain, Gilles et les 4 femmes étaient dans le grand salon, partouzant à loisir, se masturbant l’une et l’autre, enlacées, beuglant leurs orgasmes à qui-mieux-mieux, à même le sol… Elles sont venues finir avec nous, Gilles et Germain étant HS, s’offrant, se donnant, excitées comme des puces, des louves affamées…Nous nous sommes allongées toutes les cinq, en travers du grand lit, tête bêche, chaque homme passant de l’une à l’autre… Anne, Virginie, Gigi, Cath et moi, fesses ou chatte en l’air, offertes, prêtes à être consommées par les bites qui surgissaient, de femme et femme, de trou en trou, dans toutes les positions, et recommençant…Jusqu’au matin, ivres pour certaines, vides pour la plupart des mecs, exténués pour tous…Ils sont là, je ne les ai pas pratiqués depuis, je voulais leur rendre leur soirée, ils sont tellement adorables et tendres que je n’ai pu résister à vous en faire profiter…-Ta cousine ?-Oh, elle sait, et son amie a voulu l’accompagner malgré son passé. Elle doit réagir devant les hommes, se libérer de ses chaînes… « Je veux faire le sexe avec les français » elle a dit…-On a commencé tout à l’heure, Dylan est si gentil…-Tu es gourmande… Amuses-toi…Je retourne me joindre au groupe de ses amies, nous nous trouvons quelques amis communs, dans mon quartier… J’étais connue, faisant partie de la mairie un temps…Virginie, adorable quinqua, auburn avec des yeux d’ange verts, nous invite dès le prochain week-end à nous joindre à eux pour une régate…-C’est d’accord avec Sandrine, on vous casera sur nos 4 bateaux…-Cela fait 1 par navire…-Mais chérie, tu oublies la divine Madonna et son Escort…Je pars d’un grand rire… Elle me dévisage…-Pourquoi ? Elles sont ensemble et de plus abritent leurs amours saphiques dans le gîte… -Tu te trompes. Bisexuelles certainement, je viens de les pratiquer avec mon copain, Dylan, le grand black et crois-moi elles ont aimé !…-Ah déjà ! Vous ne perdez pas de temps… Mais tu es si sensuelle…-On est là pour ça non ?-Ah, toi je t’aime, tu es directe… Alors viens te repoudrer avec moi, en haut…Je la suis dans la salle de bains parentale, elle ferme à clé, se retourne, dégrafe sa robe, en culotte, elle avance vers moi…-Tu disais ?10 minutes, de plaisir lesbien, simple, tendre, voire romantique… Nous sommes pareilles, nous aimons les mêmes caresses, le corps de la femme, lui rendre hommage, l’emporter, lui donner ce qu’elle recherche, plaisir, jouissance, tendresse, respect… Sa chatte est épilée, son pubis arbore un cœur roux, elle m’avoue qu’elle doit commencer à le teindre…-Tu me plais, tu es si douce… Sandrine m’a parlé et dit tant de bien… Je voulais goûter…-Tu l’as bien fait et je m’y attendais… Tu t’entends bien avec ton mari ? Tu le trompes malgré votre complicité ?-Quelquefois… Je suis une pile électrique, j’aime la vie, j’aime le jeu, les plaisirs, et je n’ai aucune limite, sauf ma morale… Je baise pour jouir, mais aussi parfois, je dérive et ça me mine. Je pars seule alors, sans tentation… Je reviens guérie jusqu’au prochain coup de cœur… Mais je les évite… Bof…-Que des hommes ?-Non, j’ai été amoureuse d’une autre femme…-Elle doit être belle et une sacrée femme !-Merci, oui…-Tu la revois ?-Je suis obligée, c’est comme une drogue…-Il le sait ?-Non.Je me laisse emporter par sa dextérité, sa douceur, son tempérament de feu qui m’électrise et me fait jouir… Je la capte, la remercie, lui rend sa tendresse et l’emporte dans mon monde…Elle délire, se lâche, s’abandonne…-Tu es un démon… je jouis dès que tu me touches… Tu connais la femme, tu es magique… On va se régaler… J’aimerais que tu fasses partie de notre groupe…-Merci, bien sûr, j’habite vers Sète, mais sans bateau…-Nous, pas très loin… Tu as eu des enfants ?-Oui, Anne, ma fille la quarantaine déjà… Mariée, heureuse et maman…-Retraite ?-Oui, et comme tu le vois, je reste active…-Tu es adorable… Je sens que je vais craquer…J’en remets une couche car elle c’est une belle personne, droite, pure, simple malgré un abord sec, défense naturelle… Mais ses yeux trahissent sa carapace dès qu’on les capte…Elle part en orgasme plusieurs fois, j’ai trouvé son point G et la travaille avec mes doigts… Elle est très sensible des seins, je doigte son anus, elle fond, part en transes, se liquéfie, s’endort…-En dix minutes tu m’as cernée, trouvée, et même sodomisée, c’est rare que je me laisse manipuler ainsi… J’ai adoré m’abandonner, te faire confiance, je veux te revoir ce soir, encore… Je te présenterai mon Jules et mes amants…-Je te prêterai le mien…On remet nos culottes ensemble, en souriant… -Alors, tu as vibré avec mon amie Virginie ? Elle est cool, hein ? Je l’adore…-Elle est fantastique cette femme… 47 ?-Oui, elle a un corps de 35…-Nous nous sommes attirées, comme deux aimants…-Elle t’a kiffé, tu l’as bluffée, emportée, conquise… Elle n’a pas l’habitude d’être dépassée par les événements… Tu sais, elle est milliardaire… le couple c’est elle, les sociétés, c’est elle, le bateau, c’est elle… Mais elle reste abordable et ne se croit pas le centre du monde… Je l’adore car elle est restée simple et naturelle avec ses amies. -Nous sommes invitées samedi pour leur régate… On va se marrer…-Et s’envoyer en l’air !-Affreuse coquine… Tout le monde parle de Dylan… Ma cousine et son amie en premier… Va te baigner, tes seins sont toujours excités…Elle est gonflée !… Enfin, elle a raison, Virginie m’a excitée… Je fais le tour des tables, l’apéro se termine, on apporte de nouveaux plats, des verrines, et Sandrine nous demande de quitter la piscine et de nous asseoir, où l’on veut sur les tables extérieures… Les plats chauds arrivent… Gambas, grosses crevettes persillées et décortiquées, un délice. Des canapés, délicieux et nous mangeons de bon appétit… Virginie me fait un signe, sa robe est mouillée près des seins, elle a dû se baigner…-Vous auriez pu rester escort hayat en maillot, entre nous…-Romain est en face de moi, nous partageons la table avec Albert, Maria, Lynn et Dolly.Très vite je comprends qu’Albert est sollicité discrètement par ses deux voisines de table, Lynn et Maria, Dolly s’intéresse plutôt à son voisin, Romain, et à sa voisine, moi…Un lapin en sauce nous régale, avec purée, champignons, haricots verts, marrons grillés…Un plateau de fromages termine ce repas… Le dessert sera décalé de quelques temps, histoire de digérer et profiter de la piscine…Dolly me dit que Serge est devenu distant depuis quelques temps, elle pense qu’il a quelqu’un…Sa main vient entre mes cuisses, remonte sous la robe courte… La sienne est minimale et décolletée généreusement, elle ne porte rien en-dessous, Romain est très attiré. -Tu as tes patrons pour te consoler…-Oui, mais… C’est du sexe, rien d’autre… J’ai besoin de tendresse, d’amour, de passion, de complicité… Et puis ce sont mes patrons, ils me payent, sont gentils, ça s’arrête là.-Tu retrouveras rapidement…-J’aime ta chatte, j’ai envie de la bouffer… Le sexe de Romain est bandé pour moi, ça te donne envie ?En effet, en me penchant je vois sa main dans le slip…-On va pouvoir se lever de table pour se divertir je pense…-J’aimerai Dylan ou Albert, mais ils sont surbookés…-Et les autres, le groupe de Sandrine ?-Oh, j’en connais un ou deux, Cath et Lionel sont mes anciens patrons, j’étais dans leur boutique lorsqu’ils ont pris le restaurant, je n’étais pas serveuse, alors ils m’ont dirigée vers les kinés… Je n’ai aucune formation, ils m’ont offert un stage, j’ai pu les aider vraiment, je participe au cabinet, je me sens utile. Le reste c’est en plus, et ça me plait…-Te faire sauter tous les soirs ?-Ouais, ils sont mes amants attitrés, c’est de la détente après le stress… Leurs femmes le savent, il vaut mieux que ce soit avec moi, mais je pense que cela ne les empêche pas d’aller ailleurs…-Je le pense aussi… Ils aiment les femmes…-Et le groupe, tu es allé sur leurs bateaux ?-Oui, parfois ils partent plusieurs jours, et quand les femmes ne suivent pas, ils me demandent de venir pour la tambouille, et le reste aussi… ce sont des jouisseurs, des échangistes, mais ils sont sains et cherchent juste leur plaisir et celui de leur partenaire. Ils ont des besoins sexuels impressionnants… Et des capacités aussi… Sandrine ne t’a pas mis dans la confidence ?-Pour les orgies ?-Oui… Elle y est passée de belle manière… Toutes celles qui entrent dans le groupe sont invitées avant, en comité restreint et là, ça y va…Ils peuvent baiser pendant des heures, toute une nuit, une ou plusieurs… En principe elles adorent, malgré la fatigue… La première fois sur le bateau à Gilles, je devais faire le ménage. Je n’ai pas astiqué que le bateau lorsqu’ils sont arrivés pour l’apéro… Parfois, une épouse vient se distraire à bord dans l’après-midi… Seule ou avec une autre, partageant un moment d’égarement comme elles disent, Cath adore faire l’amour dans un voilier, les petits jeunes qu’elle affectionne sont émerveillés de se faire une riche bourge en buvant du champagne… Je l’ai même vue monter à bord avec une fille de 20 ans, je suis certaine qu’elle les paye… Les femmes sont presque pires que les hommes… -C’est vrai qu’en matière de sexualité, elles s’avèrent assez salopes…-Attends, ma main fatigue, ton mari…-Prends-le, va dans une chambre si tu veux t’isoler, je vais aller à la piscine tu m’as chauffée… -Tu veux venir aussi ?-Oh, non, Romain c’est la passion, il adore les jeunettes comme toi…Sandrine nous donne le feu vert, nous nous dispersons, je vois Dolly monter les escaliers…Ils ont déjà commencé, dans la pénombre de la nuit tombante, dans la piscine, sur les matelas de plage, mais le plus gros de la troupe s’est installé dans les canapés du salon, moelleux à souhait, larges et profonds…Je fais le tour, discrète, je sens une main dans la mienne…-Tu rodes comme une âme en peine ?-Je cherche Sandrine…-Oh… Indisponible quelques minutes… Viens faire connaissance…Cath est allongée contre Lionel, son mari, Claudia est assise de l’autre côté de Lionel et lui fait une fellation. Cath se masturbe doucement, les cuisses écartées en les regardant…-Tu vois, personne ne mord à l’hameçon… Et elle, elle le suce et bientôt elle va monter sur lui pour s’enfoncer sa queue dans sa chatte de petite salope…Je fais le tour et m’assieds à son côté…-Pourtant la tienne est appétissante… Ton abricot semble plein de bon jus, un nectar que je goûterais avec plaisir…-Ne te gêne pas, viens, installe-toi, viens me faire du bien…Elle est belle et elle le sait, son abricot est épilé, ma main découvre sa douceur, elle se laisse faire en soupirant… Elle empoigne mes seins, passe l’autre main entre mes cuisses…On échange des caresses, des baisers, ses seins pleins sont sensibles, gonflent de désir, pointent leurs tétons… Elle a envie…Le mari est assailli, il enserre les seins de Claudia, tandis qu’elle le prend en ondulant son bassin, assise sur lui, cuisses écartées… Elle jouit doucement en fermant les yeux…-Prends-moi, viens… Ils me donnent envie de jouir…Trois doigts plongent dans ses trésors, elle se laisse aller, s’offre, écartant ses cuisses au maximum…Je suis penchée vers elle, elle m’att****, je suis surprise, elle a de la force et me positionne tête en bas entre ses cuisses, les miennes écartelées, sa bouche vient me manger… 69 en 3 D… Sans doute jouissif, et ses doigts plongent aussi dans ma chatte brûlante, elle att**** mon clito entre ses lèvres et le savoure, le pince doucement, tourne, reviens… Je la porte à l’extase lentement, nous avançons ensemble vers le plaisir, graduellement, longuement…Claudia jouit à côté, il vient de la retourner et la pénètre avec vigueur…Je suce l’abricot délicieux, sucré, son parfum est étonnant, envoûtant… Mes doigts vont et viennent lentement, elle râle…Je lèche au-delà, doigte son jardin secret, masse, ose une phalange… Elle jouit…-Oh, oui… Enfin…Je me consacre à elle, elle aime… Deux doigts m’en convainc, son anus est distendu, ouvert, elle se laisse emporter en jouissant… Chatte délicieusement offerte…Un ami arrive, nous regarde un instant…-Paul ?… Tu connais Marika ?… Elle me rend dingue… Viens !Il est devant nous, sa verge dressée, le sexe abandonné devient une proie certaine, trop tentante… La verge glisse à l’intérieur, elle pousse des cris, et je sens le membre contre la paroi avec mes doigts… Elle se met à délirer de nos caresses, il me tend les lèvres, caresse mes seins, cherche ma chatte et dès qu’elle jouit en cravant nos tympans, il me prend passionnément, me chevauche, me baise, me laboure, devant son amie qui me rend mes bienfaits en salivant ma chatte offerte et pénétrée…Quel pied cet intermède…Claudia qui se remet juste d’une cavalcade effrénée avec Lionel, se voit investir immédiatement par ce démon de Paul, insatiable, pervers, coquin, infatigable…La suite était écrite, ils la prennent ensemble, un grand moment de baise, elle jouit tant et plus, délirant ses orgasmes en français et en italien…Albert n’attend pas et se sert, d’abord ma nouvelle amie, puis moi… Un géant de la bite, une bite géante, il nous emporte très loin, au bout du bout, comme Dylan, avec plus de virilité, de fougue dans ses mouvements, il me fait jouir encore et encore, et Germain vient le suppléer entre les cuisses offertes de Cath, encore dans les brumes de son double assaut…Le sofa tremble, gémit, craque, crisse sous nos griffes, nous attirons d’autres partenaires et je me délecte de leurs verges puissantes, enivrantes, jusqu’au bout de la nuit… J’ai été violée dans la piscine, jetée à terre par deux furies qui en voulaient à ma vertu, pénétrée debout contre un arbre, puis prise sur une table ronde en bordure de la piscine, entre deux plateaux de fromage…J’ai du mal à compter mes amants, dénombrer mes amantes, Sandrine, avec moi dans la piscine, se colle contre moi dans un élan de tendresse féminine et maternelle…-Tu es géniale, toutes me parlent de toi, veulent te connaître, t’inviter, te baiser je pense aussi…-C’est délicieux comme repas, et les à-côtés sont merveilleux…-Ce n’est pas fini, je vais chercher le dessert…-Ils ont encore de la chantilly ?-Hum, c’est vrai que ça a baisé dans tous les sofas et fauteuils du salon, dans la piscine et au jardin…-On est venues pour ça…-Ouais, ben bravo, les filles ont animé cette partie de la soirée. Je pense que nos hommes se régénèrent pendant le dessert…-Café oblige alors… La plupart des gens sont restés à poil, je croise Claudia…-Oh, quel pied ma chérie, ils sont fabuleux les hommes en France… Mon amie est contente, elle a fait le sexe avec 3 hommes ensemble… Et de plus elle commence à jouir dès qu’on lui touche la « figa »…-J’en suis heureuse, on se voit plus tard…Sandrine prend la parole :-Merci à tous et toutes… C’est géant… Bravo à nos épouses, femmes, amies, amantes… Super soirée…Je vous propose une remise en bouche si je puis dire… Un jeu très coquin qui se pratique les yeux bandés et sans tricher… Je viens de constater que bon nombre de mes amies se sont entraînées sans le savoir pour ce jeu…Chaque femme valide et encore en bon état ira s’asseoir, nue si ce n’est pas le cas, sur une des chaises disposées en cercle au milieu du salon. Les hommes en nombre égal, vont tourner autour d’elles et s’arrêterons à mon signal… A chaque arrêt, la femme devra « goûter » le sexe qu’il lui mettra en main…Elle aura 20 secondes… Puis elle dira un prénom.Si aucun nom n’est trouvé, pour l’ensemble des femmes, les hommes repartent autour du cercle, puis s’arrêtent de nouveau à mon signal et ainsi de suite, jusqu’à 3 essais pour le groupe. Si un prénom est trouvé au minimum, par une des femmes, on change, les femmes en cercle, les hommes assis, on se passe les bandeaux, on continue.Cette fois les femmes présentent une partie de leur corps qu’elles pensent reconnaissable à leur équipier par la langue… Bouche, sexe, sein…Les hommes ont une minute pour dire un prénom. Sans un mot, ni caresse. Juste la langue…Même principe que pour les hommes…Si, l’équipier est reconnu, le couple peut partir, sinon, ils restent et le jeu continue pour eux…Il nous manque 1 homme… Je serai l’animatrice du jeu. Au salon, chaque nouveau couple arrivant, rejoindra les autres et changera de partenaire…Pas de question ?-Oui, si je veux faire équipe avec une femme ?-Maria, tu es trop coquine, tu peux très bien « goûter » un homme, comme je te l’ai vu faire tout à l’heure…-Oui, mais 5 à la file, ça me rappelle trop l’Italie…-Bon je te mettrai face à une femme, tu goûteras son sexe, elle te guidera, sans hatay escort bayan la toucher avec les mains…Début du jeu, installation des chaises, femmes assises, hommes queue dressée (ou pas)…-TOP ! Le cercle se forme et défile autour des femmes assises.Elles ouvrent la bouche, en riant de toute leurs dents…Les noms fusent… Je réponds la première…-Romain ! -Non…-Marika-Oui-Dylan-Oui !-Germain-Non-Cath-Non-Paul-Non-Sandrine-Oui-Fred-Non-Claudia-Non-Lionel-Non-Maria-Oui-Gilles-Oui-Albert-Oui-Dans le grand fauteuil, je tape Romain avec force…-Idiot je voulais revenir !…-Tu ne les as pas encore toutes sucées ?-Toi, c’est certain, tu les as toutes baisées, et même plusieurs fois…-Tu es vexante et jalouse de mon succès… Enfin, on s’amuse entre adultes, comme des adultes et ils sont sympas et pas bêtes, d’un bon milieu, les femmes sont toutes divinement belles, chaudes et accros au sexe…-Bon, tu es bluffé alors ? Et tu sais, on est invités samedi prochain pour recommencer sur leur bateau… Ils font des régates et puis ils baisent tous les huit ou 10 avec Sandrine et Germain…-J’en reprendrai une tournée… Dylan s’éclate avec son copain, ils les ont limées au sang les voileuses… Gigi a rendu l’âme quand ils l’ont prise à deux dans la chambre du haut… Anne a avalé un poil de Maria, elle a vomi sur le tapis… Elle est complétement saoule. Tiens ! la revoilà… Claudia m’a proposé de venir au gîte demain sans toi…-Salope… Tu iras ?-Je ne sais pas, j’ai rien à faire de spécial, mais les ex putes…-Je ne juge pas tu le sais… Mais j’aimerais bien continuer de baiser en sécurité sans rien avec toi…-C’est certain, elles sont un peu chaudes du cul pour des putes retraitées… Maria m’excite, j’aime son corps, elle délire quand je la prends, avec Dylan en plus, elle est montée au ciel… >Et toi, des trucs ?-Gigi aime les petites jeunes dans son bateau les après-midis coquins… Elle les paie, elle se fait aussi des filles, elle aime les jeunes chattes…-On n’a jamais baisé une jeunette ensemble…-Non ? Et tu aimerais ? Les danoises au camping tu les as regardées seulement ?-Oui, mais ce n’était pas avec toi, c’était dans leur tente, et puis c’étaient des professionnelles du sexe, chaudes et expérimentées… Je disais ça pour les sentir mouiller quand tu les excites et qu’elles veulent ma queue pour se calmer la chatte…-Nous verrons, tu iras faire la sortie des maternelles…-Salope…-Ah, oui, Lynn te cherchait… je ne l’ai plus revue après le jeu… Et Dolly pleurait dans un coin du jardin…Je me lève et fais le tour du jardin, pas de Dolly… J’entends les rires fuser…La voilà, un verre vide à la main…-Ma chérie tu es seule… -J’ai perdu… Je ne reconnais personne, même pas mes patrons…-Ils ont sûrement bien baisé depuis, ce qui masque le vrai parfum…-Tu as raison. Serge m’a appelée, il s’en va, il quitte la région, il me quitte… Je me retrouve seule… Sans appart… J’en ai marre des mecs, ils ne veulent que mon cul et quand ils l’ont eu, ils se barrent vers une autre…-Y en a un qui l’aimera ton cul, ta chatte aussi et il en fera son gîte…-Merci… C’est gentil… Surtout qu’à force, il y a de la place…-Si tu as des soucis tu m’appelles, tu le sais… Son baiser est mouillé, sa chatte aussi, restes de la soirée…-Tiens, des gouines…-Tu veux qu’on te montre comment on baise avec nos maris, ils adorent sodomiser les mecs dans ton genre, après nous, pour se changer les idées ?-Avec plaisir les filles, vient tester ma queue dans ton cul chérie, pour te changer… Mais qu’est-ce que tu dis ?-Je n’aime pas les hommes saouls… -On n’est pas saouls, on est cocus…Alors on est contents…-Nos femmes se font mettre par deux énormes blacks, et tout y passe et elles beuglent de plaisir depuis 1 heure, la chambre là-haut est une pétaudière… Un bordel même, elles se gouinent aussi les salopes quand ils les enfilent à mort, leurs gros seins n’en peuvent plus de valdinguer de droite de gauche…-Ce n’est pas la première fois qu’elles vont avec des mecs sans vous…-Si, en dehors du bateau… C’est la loi… Elles franchissent la ligne…-Ah, alors le bateau c’est le lupanar ? C’est sacré, et free… Il est là pour s’envoyer en l’air, autant elles que vous ?-Exactement chérie… C’est la loi, tu n’as pas encore passé le test toi… Samedi tu verras… On t’intronisera membre du club des régatiers fripons… et des membres, tu vas en tâter…-Il a raison, nos femmes on y tient et on a mis des règles pour ne pas dé****r…-Oui, des barrières, pas de cul hors du bateau, sinon, avec nous présents…-Mais là c’est tout comme, vous êtes tous là, les régatiers…-On n’avait pas parlé… Elles nous ont bluffé… Quelles salopes… Les blacks en font pas partie…-Rendez-leur la pareille, mon amie a un chagrin d’amour…-Oh Dolly adorée, viens ici qu’on te défrise le bigoudi…-Oh, yes, prenons-la comme dans les bordées, à la hussarde, un devant, un derrière et elle, accrochée à la bouée…Je m’allonge, ils la coincent, la soulèvent, un sexe surgit énorme, bandé, elle le voit, me sourit, je lui mime d’y aller…Elle écarte les cuisses et le membre s’engouffre sans effort dans sa chatte, elle gémit…Son assaillant la prend, l’autre l’aide, elle s’accroche à son cou et se laisse conduire, le sexe pénètre dans son fourreau…-Oh, oui… C’est bon, je suis une catin et je fais les ports pour baiser avec les marins… Vive la marine… Tiens, mon cul est libre, viens me prendre aussi par derrière… Allez hop, en voiture Simone…Prise en sandwich, elle s’envole, dans une danse effrénée, pénétrée par le premier, coït anal avec l’autre, ressentant les effets des deux membres, elle déblatère…-Allez venez, poussez la manivelle, tirez sur les haubans, larguez les amarres, je vous sens en forme pour partir vers le grand large, et affronter la tempête…Elle les excite, remuant en tous sens sur les queues fichées en elle et qui arrivent à la marteler…Ça me met en joie aussi de voir cette adorable fofolle jouir comme ça en pleine nature accrochée par les deux hommes, baisée avec fougue, emportée dans son plaisir…-Tiens la copine veut de la pine, elle s’excite la moule de voir nos pieux ficher son amie…-Oui, j’attends… Allez, baisez-la, tirez-la, oubliez vos femmes traîtresses, c’est du fun, du sexe, allez, tirez vos cartouches s’il en reste…-Oh oui, il en reste, venez mes capitaines, videz vos bourses pour la patrie…Ils jouissent ensemble, en donnant des coups de rein de malade, ils s’allongent à terre, la retiennent, puis la reprennent, le premier sur le dos, garde Dolly écartelée dans ses bras, sodomisée, le second est planté dans sa chatte, il lui fait face, l’embrasse copieusement maintenant… Ils vont au bout de la traversée, ivres de plaisir, la pourfendant encore et encore, elle me tend la main, comme une naufragée, prise dans la tempête, remuée en tous sens …-Ils viennent… Oh, oui…Braves marins, oui, vous franchissez la ligne, vous gagnez la régate, jetez votre ancre dans mes intimités, remplissez ma chatte et mon cul… Ah, là !… Je vous sens raidir, exploser !Je suis à vous, baissez les voiles, je suis au port… Je vous aime de me sauver de la noyade… Serge, je t’ai baisé, tu es doublement cocu !Le sperme goutte sur le sol, sa chatte est ouverte, rougie, son anus dilaté pleure aussi son contentement… Je me mets à la nettoyer, léchant avec délice les sucs libérés, mêlés de parfum, de cyprine, de salive et de sueur…Je sens soudain un sexe qui me courtise avec insistance, il se plante comme une flèche, Dylan !…Mon coït est dément, à force de regarder et de l’écouter, j’étais chaude bouillante…Il pousse sa grosse queue en cadence, jusqu’au bout, bousculant mon utérus, il est content et me travaille en souriant, nos baisers sont fiévreux de passion et de jouissance, il pelote mes seins, les masse, et je sens l’orage arriver, et tout bascule.Nos deux compères ont assisté à l’abordage… Je m’échoue devant eux, et ils ne résistent pas devant mes fesses libérées, et me font mon affaire chacun leur tour, Dolly ayant repris du service devant le braquemart de Dylan…. Elle joue avec, le nettoie, relèche, embouche, glisse ses lèvres sur la hampe, revient, il reprend forme. Elle recommence, l’embouche doucement, jusqu’au fond de sa gorge… Plusieurs fois de ce traitement de roi, il regarde le sexe disparaître entre les lèvres, il sent la langue qui vient chatouiller à loisir… Il glisse, elle prend les bourses dans ses mains, masse doucement…Elle continue à l’avaler… Ses doigts enserrent la hampe et accompagnent le mouvement…Elle reprend encore depuis le début, sortant le sexe jusqu’au gland, redépose de la salive, puis descend encore, et encore, et encore, et revient et… Le membre s’agite encore, il ondule son bassin avec quelques coups de reins rageurs…Elle ouvre les yeux de plaisir, sa glotte déglutit… Du sperme coule aux commissures de ses lèvres…-Ah ! Ca fait du bien…-T’es une pompeuse, toi, quel pied !… Elle m’a eue !…-T’as abandonné nos épouses ?-Les princesses dans le donjon là-haut ?-Entre autres…-Oui, de bien belles ladies, racées, un corps sculpté pour faire l’amour, une volonté à toute épreuve et une soif de plaisir, débordante… Nous les avons goûtées et nous en sommes délectés avec Albert et nous vous remercions de nous les avoir prêtées ce soir, ce fut une belle expérience que de les amener à l’extase…-C’est bien dit, alors on vous pardonne si elles ont profité de vos équipements spéciaux…-Oh, oui profité et reprofité jusqu’à plus soif, chacune a eu sa dose et plus que la normale, j’ai même détecté un début d’enrouement, à force de crier…-Viens boire un coup mon frère, viens au salon, on va choisir la suivante…-Viens ma belle Marika, et toi ma superbe Dolly, vous baisez comme des reines, comme nos femmes qui nous donnent tant de plaisir et d’amour…-A tout à l’heure peut-être…Un tour dans la piscine avec Dolly, on y retrouve Maria et Claudia, enlacées… Cath et Anne s’embrassent dans un coin, Sandrine, Lynn et Albert, rejoints pas Dylan.Fred et Paul rejoignent leurs femmes avec le groupe des 8, élargi avec nous les voisins, qui devise sur les bienfaits du sel pour la piscine…Il est temps de tourner la dernière page de cette soirée mémorable.Le plaisir se façonne avec des personnes de même nature, niveau, moralité, instruction.Sandrine a été poussée à l’eau vers 04h06, Germain, son mari à 04h07… Ils ont fait l’amour devant nous, nous les avons regardés, regroupés sur la terrasse, autour de la piscine, et on a applaudi lorsqu’elle a joui allongée dans le petit bain, délicieusement offerte pour l’assaut final… Elle l’a embrassée en pleurant quand il lui a dit « Joyeux anniversaire ma chérie »…On a tous plongé pour les embrasser…La fête a continué jusqu’aux premiers rayons du soleil, Romain est venu me faire l’amour dans l’eau, avec beaucoup de tendresse et il a continué sur un matelas, déclinant toutes les nuances de Grey et des autres…FINMarika842010Juillet 2010Fin de la soirée chez Sandrine

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Das neue Kleid Teil 2 (w)

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Das neue Kleid Teil 2 (w)Das neue Kleid Teil 2Nun war es mittlerweile Samstag früh 3:00 Uhr. Die Party ging dem Ende zu und ich stand da mit meinem Talent. Ich wusste nicht wie ich nach Hause kommen sollte.Getrunken hatte ich keinen Alkohol, da es mir den Tag über nicht wohl ging. Hatte mich aber, wie sichdummerweise herausstellte, zur Party bringen lassen. Ich trug mein neues leicht creamgelb farbenes Sommerkleid. Dazu meine neu geschoppten, schwarzen Peeptoepumps. Meine Zehen hatte ich klar Lackiert. So konnte man meine wunderschönen Zehen in natura betrachten. Als Unterwäsche wälte ich wieder eine bh / Panty Kombination mit Spitze in einem teilweise durchsichtigen weiß. “Was Solls…” Schoss mir durch den Kopf und beschloss nach Hause zu laufen. Es sind ja nur 4 Kilometer, und ich als Sportlerin müsste dies mit Leichtigkeit schaffen. Also verabschiedete ich mich noch kurz und stapfte los. Nach einem Kilometer merkte ich es schon aydın escort an den Füßen, dass es keine Gute Idee war. Mir Tat einfach alles weh. Es dauerte keine Minute und ich kam an einem Spielplatz vorbei. Als ich die Bänke sah musste ich mich einfach kurz setzten um mich auszuruhen. Ich beobachtete die Gegend. Um den Spielplatz standen nur vereinzelt ein paar Häuser. Die karge Straßenbeleuchtung ließ nur erahnen, was sich auf dem Spielplatz befand. Und somit saß ich im Stock dunkeln. Ich zog meine Pumps aus und massierte mir erst die Füße. Dann lief ich ein wenig umher. Es war herrlich. Im schönen weichem Gras zu laufen, die Grashalme an meinen Fußsohlen zu spüren. Ich registrierte wieder wie dunkel es auf diesem Spielplatz war. Ich setzte mich zurück auf die Bank und zog mein Kleid hoch. So, dass ich meine panty sehen konnte. Langsam strich ich mir mit einem Finger über meinen Hügel und drückte den Stoff der panty Sanft escort aydın gegen meine schamlippen. Ein wohliges Gefühl durchzog meinen Körper immer und immer wieder. Bei jeder Berührung… Ich wurde heißer und heißer. So verging einige Zeit und ich zog mir die panty aus. Sie war schon sehr feucht an der Stelle, die soeben noch an meiner Muschi war. Ich roch dran und fing an dran zu lecken. Ich mochte meinen meinen eigenen Geschmack sehr. Und somit genoss ich es mal nicht in den eigenen vier Wänden zu tun. Als hätte ich nicht genug bekommen, holte ich mir mit zwei Fingern noch mehr aus der Quelle des Geschmacks. Ich war über und über erregt als mir der Gedanke kam hier vollkommen nackt zu sitzt. Viel bedeckte meinen Körper ohnehin nicht mehr. Selbst wenn jemand um 4uhr nachts auf der Straße her laufen würde, bliebe ich ja unentdeckt. Ich sog mir das Kleid ein Stück nach unten um mich des BHs zu entledigen. Nachdem ich das Kleid aydın escort bayan wieder hochgezogen hatte. Lief ich nochmals über den Spielplatz, um mich zu vergewissern, dass mein Vorhaben Safe war.An der Bank zurück zog ich das Kleid ganz langsam aus und setzte mich auf die Bank. Beine leicht gespreizt und fing an mich an meinem ganzen Körper zu berühren. Als ich mich meinen Brüsten widmete, merkte ich wie sie schön hart wurden und sich ein Stück aufstellten. Mit einer Hand an meinen feucht nassen Lippen stand ich auf und lief um her. Legte mich ins Gras um das weiche am ganzen Körper zu spüren. Ich rieb meinen Kitzler immer stärker bis es mir schließlich kam. Mein ganzer Körper zuckte wie verrückt und ich durchlebte einen wunderschönen Orgasmus. Nachdem ich mich gefangen hatte richtete ich mich auf und ging zurück zur Bank. Ich zog mich nicht an, ich hatte ja Zeit. Ich genoss es befriedigt, klitsch nass und nackt an einem öffentlichen Ort zu sitzen. Beine gespreizt, die Arme auf der Rückenlehne abgelegt, genoss ich es wie der leichte Sommerwind meinen Körper streichelte und trocknete. Für diesen Augenblick war meine Welt perfekt…Fortsetzung folgt!

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Les vacances du cul 2

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Les vacances du cul 2Je suis intrigué par ce couple de quadragénaire, ils m’ont l’air de libertins vu comment ils ont pris mon annonce sur leur fils était “occupé”. Je me trompe peut-être, alors je préfère ne plus rien dire et d’écouter. Nous nous dirigeons vers leur parasol qui se trouve sur la plage naturiste principale. Au passage je préviens Stéphane qui semble occupé de toute façon avec un jeune mec….Nous reprenons notre chemin au milieu de la relative débauche qui règne sur cette portion, mais qui ne semble nullement dérangé mes deux compagnons. La femme s’appelle Murielle, une petite blonde, 1m60, avec une poitrine modeste mais de jolies fesses pour compenser, un visage harmonieux ; elle a dû être une jolie femme et elle est encore bien conservé je dirais. Son compagnon, François, un type plutôt grand dans les 1m80, un peu de ventre, les cheveux courts, une bonne queue qui doit ravir madame. Nous arrivons sous leur parasol, mangeons un morceautous les trois. J’apprends que leur fils est en fait le fils de Murielle, il s’appelle Loïc. François et elle sont ensemble depuis 6 ans, ils se sont rencontrés peu après le divorce de Murielle. Ils décident de m’inviter le soir même. Murielle me griffone une adresse sur un bout de papier et me le donne, apparemment ça ne serait pas loin de chez Stéphane. J’avais peur que Stéphane soit contrarié que je laisse ce soir mais il n’en est rien, lui aussi a rendez-vous….je m’en sors bien en ce début de vacances!Je me rends a pied chez Murielle et François, effectivement ce n’est pas bien loin. J’arrive en bas d’un petit immeuble relativement récent. François qui m’avait vu arrivé par la fenêtre descend m’ouvrir. Il est encore complètement nu Nous nous installons dans le salon.”Murielle et Loïc sont en centre ville, ils sont partis faire une petite course ils ne vont pas tarder. Je te sers quelque chose? Un verre de rosé si tu veux?””Merci, oui c’est bon.” François verse deux verres et s’installe dans un fauteuil, je suis sur le canapé. “Tu as croisé Loïc alors….hahahaha. Alors?””…il est sympa hahaha” je suis un peu surpris, et pour tout dire gêné. François a l’air détendu par la situation, après tout le fameux Loïc n’est que son beau fils, mais bon….”Ne t’inquiètes pas, je sais, pas de soucis. Ça fait six ans que j’ai rencontré sa mère, il a toujours été comme ça….nous sommes très ouvert, tu as dû le remarquer non?””Oui je sais, mais bon c’est pas évident !””Ha pas de ça!, Tiens je vais te dire un truc, même moi j’y ai goûté au Loïc edirne escort hahaha!””D’accord je vois, oui vous êtes vraiment ouverts!””Bah oui, tu sais comment j’ai rencontré Murielle ? Dans une partouze! Elle était venue avec une copine. La première fois que j’ai baisé avec Murielle, elle suçait un autre mec pendant que je la démontais!””Sympa, moi aussi j’aime le cul à plusieurs.””Hahaha alors tu vas être servi ! Tu fréquentes des clubs sur Paris?””Oui, clubs, sauna….j’aime les travesties, transexuelles….le mecs efféminés…””Hmmmm je vois, et les femmes? Non?””Oui aussi, faut voir, mais je ne dis pas non.””Très bien, moi aussi j’aime un peu tout je dois dire. D’ailleurs je ne dis pas non a une bonne pipe du petit Loïc hahaha!”Un bruit de clef provient de la serrure, c’est Murielle et le fameux Loïc qui reviennent du centre ville….ils se sont habillés pour l’occasion. Je dois dire que je suis gêné de me retrouver avec le minet que j’ai baisé et sa mère dans la même pièce. On se fait tous la bise. “Donc tu connais déjà Loïc, si j’ai bien compris ?” Me demande Murielle.”Heu oui, on s’est vu sur la plage aujourd’hui….” Je suis toujours gêné. “Hahaha pas de soucis, on est très ouvert sur le sujet, Loïc nous accompagne depuis deux ans ici, cette année il a eu ses 19 ans, donc nous lui laissons un peu plus de liberté. Tant qu’il va bien, tout va bien.”La situation est étrange, seul François est nu, assis sur un fauteuil….Murielle s’éclipse deux minutes et revient entièrement nue aussi, ainsi que son fils. Tous les trois me regardent en souriant. Je me rends compte que je suis le seul habillé désormais, alors que nous nous sommes déjà tous vus nus a la plage. “Désolé tout cela est encore nouveau pour moi” je leur explique. Puis je me déshabille…et je remarque que j’ai une érection à la vue de Loïc entièrement nu…son corps à la peau blanche, sans aucun poil, juste une petite touffe juvénile sur le pubis….ses petits tétons roses….le souvenir de notre baise sur la plage. Tous les trois me regardent me déshabiller.”Tiens tu es content de voir quelqu’un !hahaha” rigole Murielle. “C’est rien, ça arrive, c’est mieux que ça marche dans ce sens que dans l’autre hein!” Fait observer François. Je prends place sur canapé. Loïc s’assoit à côté de moi. Je remarque que Murielle est en train de caresser la queue de François qui commence à bien bander lui aussi. Elle me regarde et rigole. “Ne sois pas timide….” Puis elle prend la queue de son mec dans la bouche et le suce devant nous. edirne escort bayan Son fils se rapproche de moi, et en fait de même. Il me suce avec passion comme sur la plage, je sens sa bouche aspirer mon gland, glisser dans l’intérieur de sa joue…. nos regards se croisent avec François, il semble se régaler de la pipe de Murielle. Je dois dire que je suis excité par son petit cul de blondasse et son petit minois….je n’ai pas touché de femme depuis cette pute à Bangkok, et là j’ai bien envie de me faire la chatte rasée de Murielle. La bouche de son fils pompe ma queue pendant qu’elle suce son mec, en me montrant bien son petit cul et sa petite chatte toute lisse. François a vu que je mattais Murielle…il l’a relève et le lui dit….elle vient à côté de moi sur le canapé. Son fils est en train de me pomper. “Je t’excite alors? Tu aimes les chattes ?”En guise de réponse je passe mes doigts sur son vagin…elle gémit doucement. François nous observe en se branlant doucement. “Loïc, tu me laisses la place?”Le minet arrête de me pomper et relève la tête. “Merci mon chou” puis sa mère prend le relais et commence a me sucer.Elle sait y faire, sa pipe rivalise avec celle de son fils, ce qui est pas mal déjà quand on connaît la qualité d’une pipe de minet.Loïc lui se rabat sur la queue de François qu’il prend à pleine bouche.”Hmmmm c’est bon ça putain, vas-y suce Loïc.”La mère et le fils, tous les deux a genoux à nous satisfaire de leur bouche. Les bruits de sussions remplissent le salon. “T’aime ma pipe alors? Ça te plaît mon cochon?” Me demande Murielle”Oui c’est bon, suce moi!”Je lui att****r les cheveux et la fait pomper. Elle gémit de plaisir. La salope me suce de bon cœur, en se caressant la chatte. Loïc de son côté pompe toujours la grosse queue de François….j’ai une vue imprenable sur le petit cul blanc du minet.Murielle se dresse devant moi, se retourne et s’assoit sur ma queue. Elle la rentre dans sa chatte bien mouillée. C’est bien chaud et humide, la sensation est bonne. Elle agite son petit cul sur moi, comme une vraie petite salope. En face de nous Loïc a pris la place de François dans le fauteuil. Il présente son petit cul devant la bite de son beau-père qui entame une sodomie.”Vas-y chérie prend le par derrière!” Encourage Murielle. Je suis un peu surpris du niveau de débauche du couple, mais je dois dire que ça me plaît, et Murielle sait me donner bien du plaisir avec sa chatte. Je lui att**** les cheveux et lui tire en arrière.”Moi aussi je vais t’enculer!””Ho escort edirne oui vas-y, fais moi le petit!”Je sors ma queue, me lève. Murielle monte sur le canapé et me présente son cul. Je lui écarte ses jolies petites fesses et lui lèche l’anus…il est délicieux, bien lisse et déjà travaillé; François doit la prendre par là régulièrement. Je le dilate assez facilement et rapidement. Derrière j’entends Loïc gémir sous les coups de bite de François. A mon tour j’entre ma queue dans le trou de Murielle, elle gémit de douleur….je pénètre facilement et commence à envoyer des coups de reins en elle. Elle prend son pied la pute.”Hmmmmm vas-y baise moi mon cochon, baise moi comme tu as baisé mon fils!”Je lui att**** les cheveux et lui envoie de gros coups dans le cul. Elle encaisse bien. François amène Loïc à côté de sa mère sur le canapé dans la même position; il présente son cul à son beau père et se fait sodomiser. La mère et le fils le cul en arrière sur le canapé, se faisant enculer côte à côte. François me demande;”Tu veux changer?””Oui je veux bien”Je passe derrière Loïc et lui derrière Murielle et nous reprenons nos affaire. Le cul de Loïc est plus serré que celui de sa mère, je sens tout de suite la différence et c’est délicieux. Je le baise à fond, en entrant ma queue jusqu’au bout, collant ses petites fesses sur mon bas ventre. Il gémit doucement comme une petite salope. Je sens que je vais jouir alors je me retire de son petit cul et je m’assoie sur le canapé. “Suce moi, je vais jouir!”Loïc ne bronche pas, il se met à genoux entre mes jambes et suces mon chibre qui doit avoir le goût de son cul et celui de sa mère. D’ailleurs cette dernière me roule une pelle pendant qu’elle se fait enculer. Ça me fait bizarre mais ce n’est pas désagréable. François m’imite et s’assoit a côté de moi, Murielle lui taillant une pipe comme son fils me taille une pipe. Les deux s’activent avec passion, cherchant à nous faire jouir. Loïc suce à merveille, il me caresse les couilles en même temps. François jouit alors que Murielle est en train de le branler. Ça gicle un peu devant elle, un peu de sperme atterrit sur ses petits seins. Loïc continue a s’occuper de ma queue, il me branle en passant sa langue sur ma bite….je sens que ça monte doucement, il accélére le mouvement….ça monte encore.”Vas-y continue je vais jouir!!!””Continue Loïc, vas-y!” L’encourage sa mère. Il frictionne encore ma bite et fais jaillir mon jus en grosses gerbes. Plusieurs giclées arrivent sur ses cheveux, son torse, mon ventre. Il m’a fait jouir comme un diable le cochon! Il me sourit et lèche le sperme sur mon ventre. Murielle se relève et encore pleine d’énergie elle déclare;”Bon maintenant que l’on s’est bien amusé, si nous passions à un table!”

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ein einfacher One Night-Stand

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ein einfacher One Night-StandCelina und Jens kannten sich noch von früher, denn sie hatten Mal die selbe Schule besucht. Also ganz früher Mal. Sie waren nur zur selben Grundschule gegangen, aber da Celina ein Jahr älter war, hatten sie kaum was miteinander zu tun gehabt. Und das war auch schon eine gefühlte Ewigkeit her, mittlerweile war Celina schon 23 Jahre. Heute kannten sich die Beiden nur noch, weil Jens in einem Nachbarort wohnte und man auf dem Land halt sowieso fast jeden kannte. Und heute hatte Celina beschlossen Jens in ihr Bett zu bringen, denn er war verdammt sexy: 1,80m groß, kurze braune Haare, ein hübsches Gesicht mit ein paar Sommersprossen, die aber sehr dezent waren und kein bisschen störten. Im Gegenteil: Celina fand, dass das Jens nur schöner machte. Und sein Körper war so wahnsinnig heiß: Man sah ihm an, dass er Fußball spielte. Ein gut trainierter Oberkörper ohne dabei ein Muskelprotz zu sein und perfekte Oberschenkel. Und ein unheimlich geiler Arsch. Celina stand auf Ärsche, sie mochte knackige Hinterteile und Jens Popo sah in dieser Jeans so perfekt aus. Und das relativ eng anliegende schwarze T-Shirt, das er heute trug, betonte seinen scharfen Oberkörper. Oh ja, dieser Mann war wirklich heiß! Und betrunken, das würde es für Celina noch viel, viel einfacher machen. Die Beiden tanzten, lachten und flirteten. Und Jens fand Celina ebenfalls scharf. Er wusste nicht, ob es am Alkohol lag, aber eigentlich war Celina ja gar nicht so extrem hübsch. Vielleicht eine 6/10, heute schön geschminkt und eher eine 7/10. Ihr Gesicht war zwar nicht so hübsch – der Mund und die Augen etwas zu groß, das Gesicht insgesamt ein bisschen zu lang. Nicht wirklich Jens Typ. Zwar keineswegs hässlich, aber es gab viele Frauen, die deutlich schöner waren. Immerhin war Celina gut gebräunt und die langen, schwarzen Haaren nevşehir escort umschlossen wunderbar ihr Gesicht. Aber der Körper war der Hammer: Celina war 1,70m groß und schlank, aber nicht dünn. Ein C-Körbchen, das sie gerne präsentierte und dessen Anblick Jens’ Penis bereits etwas steif werden ließ. Zudem trug sie heute dieses bordeauxrote Oberteil, dass so einen schönen Einblick bot und die straffen Rundungen perfekt betonte. Das riss das Gesicht mehr als raus. Celina tanzte nun eng an Jens’ Seite und fuhr sich immer wieder durchs Haar und berührte wie zufällig Jens’ Arm. Und dann packte sie ihm ganz unvermittelt an den Arsch: “Weißt du, dass dein Hintern verdammt geil ist?”, flüsterte sie ihm ins Ohr. “Wurde mir schon Mal gesagt”, lachte der und küsste Celina. “Magst du nicht bei mir weiterfeiern?”, meinte Celina nun und merkte, dass sie bereits feucht wurde. Natürlich nahm Jens das Angebot an, was sollte er denn sonst tun? Ja, er hatte zwar theoretisch eine Freundin, aber sie führten lediglich eine Fernbeziehung. Er hatte sie jetzt schon einen Monat nicht mehr gesehen und seit zwei Wochen hatten sie auch nicht mehr geskypt, da sie momentan viel beschäftigt war. Und Jens hatte in diesen zwei Wochen auch nicht an sich rumgespielt, es wurde endlich nochmal Zeit für ihn. Celina war eigentlich perfekt dafür, denn sie war sehr aktiv in letzter Zeit. Alleine letzten Monat hatte sie mit drei verschiedenen Jungs geschlafen. Und das mehrmals. Momentan hatte sie viel Zeit dafür und kam auf drei, vier Mal Sex in der Woche. Und Jens würde heute ihre Liste erweitern.Keine zehn Minuten nachdem die Beiden die Party verlassen hatten, kamen sie auch schon in Celinas Wohnung an. Zwei Zimmer, 40qm², aber Jens bekam gar keine Zeit sich die Wohnung anzuschauen, denn Celina führte ihn sofort ins Schlafzimmer. Sie escort nevşehir schubste Jens aufs Bett und zog sich selber ihr Oberteil aus, um sich dann auf Jens zu werfen. Die Beiden begannen wild rumzuknutschen und Celina musste feststellen, dass Jens ein perfekter Küsser war. Es war unglaublich wie gut er mit seiner Zunge umgehen konnte. Celina hatte schon mit mehr als genug Männern rumgemacht, aber Jens war wirklich der beste Küsser von allen. Sie zog ihm jetzt das T-Shirt aus und bewunderte seinen gut trainierten Oberkörper, während Jens ihr den BH auszog und begann sich mit seinem Mund um Celinas geile Titten zu kümmern. Er küsste ihre erstaunlich kleinen Nippel und ließ seine Zunge um sie kreisen, was Celina wahnsinnig werden ließ. Mit seiner Hand fasste Jens währenddessen in Celinas Hose und merkte wie feucht sie bereits war. Schnell zog er Celina komplett aus und bewunderte ihren nackten Körper. Die Schenkel waren geil und die Vagina glattrasiert. Nun fasste Celina wiederum in Jens Boxershorts, spürte seinen steifen Schwanz und begann ihn zu rubbeln. Jens zog sich jetzt selber die Jeans aus und Celina stoppte ihr Rubbeln, um auch Jens’ Boxershorts auszuziehen. Jetzt da er völlig nackt war, kniete sich Celina auf den Boden und Jens verstand sofort. Er stellte sich vor sie und schloss die Augen. Celina öffnete den Mund, um ihn anschließend über Jens Penis zu stülpen. Langsam und gefühlvoll lutschte Celina und ihre Zunge kreiste um Jens’ Eichel. Es störte sie nur, dass Jens dort unten nicht rasiert war, denn sie fand es etwas ekelhaft die Schamhaare zu spüren. Ab und zu ließ Celina von Jens’ Schwanz ab, um seine Hoden zu küssen, doch dann übernahm ihre Hand Jens’ Genital. Und nun legte Celina ihre Hände an Jens wunderbaren Arsch und ließ ihren Mittelfinger vorsichtig in den Popo gleiten, während nevşehir escort bayan ihr Lutschen schneller wurde. Jens’ Schwanz erreichte nun die volle Größe und stand mit seinen 18cm vor Celina. Die schubste Jens wieder aufs Bett und setzte sich jetzt auf ihn. Sie spürte Jens Penis an ihrer Vagina pulsieren und dann ließ sie ihn auch eindringen. Schnell ritt sie Jens’ geilen Schwanz und spürte ihn in sich. Schnell stöhnte sie und ritt ein paar Minuten, aber dann stieg sie wieder von Jens ab. In ihrer Geilheit hatte sie gar nicht gemerkt, dass die Beiden gar kein Kondom benutzten, was sie eigentlich verhindern wollte, da sie ja momentan sexuell sehr aktiv war. Also kramte sie in ihrem Schreibtisch und kramte ein Kondom hervor: “Glaub mir, ist besser so!”, meinte sie zu Jens, der gar kein Problem damit hatte. Protestlos streifte er sich sofort das Kondom über und begann wieder mit Celina rumzumachen. Die beiden knutschten wild und Jens schubste sie jetzt auf den Rücken. Und Celina lag nun bereitwillig und breitbeinig auf ihrem Bett. Jens legte sich auf sie und sein Schwanz drang in Celina ein. Jens stieß schneller und immer schneller zu, was Celina immer geiler machte: “Mmmmmmmmh! Ja! Ja! Ah! Aaaaaaaaaaaaaaaaaah! Jens! Jeeeens! Jaaaaaaaah! Jaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah!” Viel zu schnell näherte sich Jens seinem Höhepunkt und zog seinen Schwanz aus Celinas Scheide, um sich das Kondom abzustreifen. Jetzt ließ er noch seine Hand sechs, sieben Mal an seinem Penis auf- und abgleiten, um dann abzuwichsen. Und die Samen spritzten nur so aus Jens’ Schwanz und landeten auf Celinas Oberkörper: Ihre geilen Titten und ihr Bauch bekamen mehr als genug von Jens’ Wichse ab und etwas landete sogar auf ihrem Intimbereich. Celina hatte erwartet, dass Jens jetzt erschöpft auf sie fallen würde, aber der hatte das absolut nicht vor. Stattdessen zog er sich schnell wieder an, verließ das Haus und kehrte auf die Party zurück, um von dort mit einem Taxi nach Hause zu fahren. Das Ganze war für ihn nur ein einfacher One Night-Stand gewesen, der ihm rein gar nichts bedeutete.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

II TEIL Johannas rosa Tagebuch – 25 august

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

II TEIL Johannas rosa Tagebuch – 25 augustII TEIL Johannas rosa Tagebuch – 25 augustMoschusrose im Lilienpark.Es ist Mittagspause, und ich versuche die viel zu kurze Zeit zu nutzen. Um den unterbrochenen Eintrag weiter zu führen. Den ich heute Morgen, noch vor der Arbeit in unserer Boutique begonnen habe. Ich weis liebes Tagebuch, wenn du mir antworten könntest, würdest du sicher mir sagen, das ich schneller auf den Punkt kommen würde. Wenn ich nicht immer so ausschweifend, alles umschreiben würde. Aber ich kann nicht anders. Egal wie sehr ich mich bemühe, schneller und direkter das Ziel, das Ergebnis, anzusteuern, umso verwickelter und verdrehter werden mir meine Gedanken. Es ist wie ein Fluch. Wenn ich mir fest vornehme nur das Wesentliche zu schreiben. Und mir sogar in meinem Kopf, den Text klar kurz und knapp vorformuliere, und ich es nur noch nieder schreiben müßte, dann schießen mir die üppigsten, blumenreichen, verführerischsten Bilder wie Pfeile durch meinen Kopf. Und lassen mich solange nicht los, bis ich das ganze Bild so beschrieben habe wie ich es sehe.Hier in dem kleinen romantischen Hinterhofgarten im abgeschlossenen Teil unseres Firmenhauses läßt sich die Hitze gut aushalten. Der hübsche achteckige orientalisch anmutender Brunnen plättschert leise vor sich hin und gibt in Verbindung mit den großen Kübelpflanzen ein erfrischendes natürliches Klima. Ich mag es sehr mich hier in diese kleine Clublounge Sitzecke zurück zuziehen. Meine anderen Kolleginnen und der Chef kommen selten hier raus. So bin ich auch jetzt ganz für mich alleine und ungestört. Wenn man das blöde Handy nicht mitzählt.Meine Gedanken fliegen wieder zurück. Gestern Abend kurz vor Feierabend. Wir hatten den Nachmittag keine Kundentermine mehr gehabt. tekirdağ escort Der ALTE Chef hat sich mit ein paar Freunden im Biergarten verabredet. Ich hatte die verbleibenden Kolleginnen ein bisschen früher nach Hause geschickt. Es war nichts mehr unbedingt zu machen. Was nicht Zeit hätte, und bei diesem herrlichen Wetter, können sich die beiden auch ihren Lieben widmen, so dachte ich mir. Mein eigener süßer Ehe-Schatz war leider, wie üblich ohnehin nicht in der Stadt. Und so hatte ich es nicht besonders eilig. Nach Hause zu kommen. Aber weiter arbeiten, so ganz alleine wollte ich auch nicht. Meine innere Hitze war wie ein sehnsüchtiges Feuer , das mich irgendwo hintrieb. Doch wohin sollte ich gehen. Da kam der kleine Garten an der Uferpromenade in den Sinn. Dort wo die versteckten Bänke in blühenden Hecken wie natürliche Lauben in dieser Jahreszeit sind. Und es war mir egal. Sowohl das ich alleine war und ob wir noch viele Terminarbeit im Laden abzuarbeiten haben oder nicht. Es ist normal. Bei mir türmt sich immer die Arbeit und Projekte. Bei uns im Atelier gibt es immer etwas zu tun. Aber unsere Kunden haben noch immer ihre Bestellungen Termin gerecht erhalten. Es war ein anderer Abend als sonst. Ich spürte diese immer wieder auflodernde, intensive Hitze in mir glühen. Eine innere pulsierende Flamme. Die nicht auf Grund von äußerlichen Temperaturen in mir entfacht war. Ich kenne das schon immer bei mir, dass mir mein Körper Signale sendet. Ich bin wohl da sehr spirituell orientiert und höre mit feinen Antennen was mein Körper mir für Botschaften schickt. Diese Botschaft gestern war heiß, feucht, glühend und wie ein kurz vor der Explosion stehender Vulkan. Das merke ich wenn mir die Knie zittern und weich werden, obwohl escort tekirdağ es nicht an den ständigen rumstöcklen in High Heels liegen kann, das bin ich trainiert. Auch wenn mein weißer Busen, noch stärker anschwillt als sonst, mit diesem typischen leicht schmerzhaften Ziehen, bis in den klopfenden Kranz meiner Vorhöfe. Die großen Nippel sich wie aufrechte Elitesoldaten hart aufstellen. Und ich jede Berührung am BH oder Blusenstoff verstärkt als erregendes Reiben empfange. Der Bauch fühlt sich an wie unter rosa Wolken gesetzt und die verrückten Schmetterlinge beginnen sich in einem Strudel zu drehen. Im schnellen oder wieder langsamen Wechsel rechts und links herum wie ein sich in den Unterbauchbohrenden Kreisel bis zu meinen Unterleib. Dort kommen diese ganzen Empfindungen zusammen und strömen gleichzeitig von dort wieder aus. Im Ping Pong mit Verstand Herz und Gefühl. Es ist kein unangenehmes Gefühl, auch wenn es immer ein bisschen so ist als wäre mir schlecht. Es ist wie eine Droge, die mein Körper von selbst ausschüttet und ich kann es nicht verhindern. Das Grundgefühl ist nicht wirklich neu für mich, nur gestern war es wiedermal besonders stark. Ich weis das ich dann meine fruchtbaren Tage habe. Und mein Wunsch schwanger zu werden, sich dann regelrecht sich als körperliches Gefühl wie eine Brandungswelle in mir weiter und weiter ausbreitet. Ich spüre diesen körperlichen Hunger nach Berührung, bei jeder Tätigkeit, in jedem Moment, und in jeglicher Situation eines solchen Tages. Mein Umfeldes verstärkt das natürlich noch. Unser Luxus Atelier, die Party-Mode, die Privaten- Kunden, das alles ist ziemlich über sexualisiert und wir sind wie ein permanenter erotisierender Hexenkessel einer Bar. Nur mit dem Unterschied tekirdağ escort bayan das hier die Gefühle zwar hoch gekocht werden. Aber, vernascht, verspeißt und gegessen wird wo anders. Mein Chef hat so seine Lieblinge, bei den Modells oder meinen Kolleginnen. Diese wiederum, haben jede für sich einen ganzen Pool an netten Bekanntschaften jeglicher Art.Aber ich bin das unnahbare Luxus Küken. Ich bin wie in einer Art Glasglocke. Da ich die unberührbare Schwiegertochter des ALTEN Chefs bin, habe ich so eine Art Tabu-Mantel um mich herum. Es stimmt einerseits selbst angezogen, andererseits aus Familien sittlichen Gründen aufgedrängt bekommen. Johanna ist die unnahbare und unberührbare Jungfrau. Dieser Fluch haftet mir schon seit frühester Teenagerzeit an. Und ich tue auch nach außen in meiner zickigen, arroganten hochnäsigen Fassade alles dafür dass ich diesem Rollenzwang gerecht werde. Nach außen soll meine hübsche Fassade sinnlich schön, verführerisch, sexy, weiblich, animierend und anziehend sein. Aber mehr nicht. Ich muß als strenge junge Juniorchefin immer die harte und frigide Jungfer heraus kehren. Das ist in dieser Familie für die jungen Frauen, sozusagen der aufoktroyierte Familiencodex. So wie mein mädchenhafter Eheschatz, in seinen innersten Gefühlen, gerne das Klischee des schwulen Modejungen haben kann. Nur nach außen Macho. Er muß heiraten und Nachkommen zeugen. Mehr ist seine Aufgabe nicht.Ach liebes Tagebuch, das klingt jetzt schon wieder so beschwerend, das wollte ich gar nicht. Nein im Gegenteil ich bin total zufrieden, glücklich und fühle mich genau richtig da und wie ich hier stehe. Wenn nur diese inneren Regungen nicht wären. Ich komme mir vor wie eine dressierte läufige Hündin. Die seit Wochen keinen Sex hatte, aber ihr ständig die prachtvollsten stärksten Rüden vor der Nase geführt werden.Na was soll ich sagen, in dieser Stimmung, machte ich mich daran Feierabend zu machen. Ich schaute mich noch mal im großen Kundenspiegel an. Und es gefiel mir was ich sah.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Des machines et des hommes

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Des machines et des hommes« Vous toucherez 500 euros pour une journée de travail. Vous avez déjà été le sujet de plusieurs tests médicaux, néanmoins sachez que celui-ci sera un peu particulier. Nous voulons évaluer l’effet du jeu vidéo sur les comportements sexuels des individus, l’expérience sera donc plus invasive que les tests de médicaments donc vous avez l’habitude. Ce qui explique la rémunération élevée. »Laura n’hésita pas longtemps. Elle avait passé de nombreuses heures à jouer sur son PC, le sujet l’intéressait, autant que les 500 euros. Quant à la partie sexuelle, elle avait effectivement participé à de nombreux tests et était habituée aux examens médicaux méticuleux ; sa pudeur s’en était accommodée. Elle signa donc la clause de confidentialité et les divers documents nécessaires, et prit rendez-vous pour la semaine suivante.A son arrivée au petit matin dans les locaux high-tech, Laura fut conduite dans une salle anonyme, carrelée de blanc. Un homme aux petites lunettes d’acier se présenta, et lui expliqua ce qui allait suivre. Elle serait équipée de capteurs sur tout le corps. Ses mouvements seraient reproduits par un personnage virtuel, qui servirait de jouet sexuel à l’homme qui avait été embauché pour le test. « Vous ne rencontrerez pas cet homme, et n’aurez aucun contact physique avec lui. En revanche, pour que les réactions de votre personnage soient convaincantes, nous reproduiront dans la salle de test, grâce à des machines articulées, les gestes que le joueur fera reproduire à son avatar. Lui ignore que vous serez là ; il lui a été spécifié qu’il interagirait avec une intelligence artificielle. Vous devez rester mécanique, ne pas trahir votre nature. »Laura eut un mouvement de surprise ; elle ne s’attendait pas à ça. Elle rougit un peu devant l’ingénieur responsable de l’étude.« Vous pouvez encore refuser notre proposition, bien évidemment. Dans le cas contraire, je vais faire venir le médecin qui procédera à la pose des capteurs. »Laura marmonna de façon un peu gênée qu’elle continuait, et l’ingénieur décrocha le téléphone. A l’entrée du médecin, il quitta la salle.Ce dernier se présenta et commença par remplir une fiche avec les informations de base (âge, poids, taille) et demanda ensuite à Laura de se dévêtir. Elle se déshabilla donc, déposant ses vêtements sur l’unique chaise de la pièce. Le médecin prit différentes mesures, puis entreprit de mettre en place les capteurs. Il s’agissait de petits composants qui se fixaient sur la peau à l’aide de film adhésif. Le docteur Herbin lui en posa plusieurs sur différents points de la tête, le long de ses bras et de ses jambes. Leur nombre était plus important au niveau des articulations ; Laura supposa que celles-ci avaient besoin d’un rendu de mouvement plus détaillé. Le médecin passa également une ceinture munie de plusieurs capteurs autour de sa taille, et juste sous ses seins. Puis il lui fit lever les bras, et appliqua plusieurs éléments sur ses seins. Elle vit ses mains trembler légèrement quand il en fixa un sur chacun de ses tétons. Il la fit ensuite s’allonger sur ce qui semblait être une réplique exacte de lit de diyarbakır escort gynécologue. Les pieds de Laura vinrent se loger dans les étriers de métal fixés au bout du lit, permettant au médecin une vue imprenable sur son intimité. Le médecin ouvrit un tiroir sous le lit. Armées d’un spéculum, ses mains gantées de latex vinrent dilater le vagin de Laura, pour y permettre l’installation d’autres composants. Elle sentait leur présence, mais le contact n’était pas douloureux. Le médecin choisit alors un autre spéculum dans le tiroir, et entreprit d’écarter l’anus de Laura délicatement. « Même là ? « songea-t-elle. Elle sentit le toucher furtif des doigts du médecin entrer en elle, et rapidement positionner les deux derniers capteurs. « Voilà, j’ai fini votre préparation pour le test. Nous nous reverrons après celui-ci, pour vous retirer ces composants. » dit-il, quelques gouttes de transpiration au front.Un technicien emmena alors Laura dans la salle de test proprement dite ; elle sentait les capteurs sur son corps, mais ils n’étaient pas une gêne dans ses mouvements. La pièce où elle entra était de taille réduite, sans fenêtre ; une sorte de baudrier d’escalade pendait du plafond en son centre. Tout autour, d’étranges machines articulées luisaient dans la lumière crue des néons. Laura remarqua des caméras de surveillance mobiles aux quatre angles de la pièce, et un immense écran fixé au plafond, à son intention semblait-il. Le technicien l’aida à enfiler le baudrier, constitué de ceintures dont l’une se passaient à la taille, et l‘autre juste sous les bras. A deux autres filins étaient accrochés des bandeaux en cercle, qu’il fixa au-dessus de ses genoux. Le technicien se rendit alors dans le coin de la pièce le plus proche de la porte, et actionna un levier ; Laura se retrouva alors lentement soulevée, sans saccade, jusqu’à se retrouver en position horizontale, comme flottant à un mètre au-dessus du sol. Sur l’écran au-dessus de son visage clignotait la mention « awaiting player ». Laura reconnut la voix de l’ingénieur quand elle retentit dans l’interphone. L’écran allait retransmettre tout ce que le joueur-test verrait. Si elle était prête, le jeu pouvait commencer. Laura acquiesça.L’écran clignota et afficha ce qu’elle reconnut immédiatement comme son double virtuel. Elle ne lui ressemblait pas du tout : blonde, outrancièrement maquillée, l’avatar était très mince, et pourtant pourvu d’énorme seins fermes et gonflés. « L’avantage du virtuel ! » se dit Laura, amusée par cette représentation cliché des fantasmes masculins. Elle était également entièrement rasée, et semblait en apesanteur : elle avait exactement la même position que Laura, mais sans l’équipement qui permettait à cette dernière de rester suspendue dans les airs. Laura fit bouger ses jambes et ses bras, et constata avec un sourire que son alter ego répliquait instantanément ses mouvements. Elle essaya donc diverses positions : le harnais lui permettait une grande liberté : même si elle ne pouvait pas se retourner, il lui était possible de bouger autant qu’elle le voulait ses bras et ses jambes. Le maintien venait des escort diyarbakır ceintures autour de sa taille et sous ses bras, elle pouvait donc peser de tout son poids sur celles-ci sans se sentir en équilibre instable. Les liens au niveau de ses genoux lui permettaient de garder les jambes en l’air sans se fatiguer. Laura se redressa un peu et vit qu’elle pouvait aussi prendre une position presque assise en tirant sur le filin qui retenait le haut de son corps. Elle se sentait un peu comme une trapéziste de cirque, et s’avoua que l’expérience pouvait se révéler très agréable.« Nous connectons le joueur ; arrêtez de bouger pour le moment, mademoiselle ».Laura resta immobile, et vit apparaître l’avatar du joueur sur l’écran. On ne voyait que ses mains et bien sûr son pénis, démesurément grand, pour flatter l’ego du testeur sans doute ! Laura observa l’avatar faire quelques mouvements des bras, probablement pour tester le jeu. Il lui fit un coucou de la main, elle ne répondit pas. L’ingénieur l’avait avertie que le joueur pensait tester un simple jeu ; il n’avait aucune idée de sa présence à elle, ni que ses actions allaient avoir un impact physique sur un autre être humain.Le testeur essayait en ce moment les menus disponibles ; amusée, Laura le vit changer de couleur de peau et de taille de sexe plusieurs fois ; certains pénis étaient très réalistes, d’autres complètement fantaisistes, munis de picots, de stries sur la surface, ou pourvus d’une sorte de petite sphère au bout. Le choix du joueur s’arrêta sur un modèle plutôt classique… si ce n’est qu’il était double ! Deux queues l’une au-dessus de l’autre jaillissaient de son avatar !Laura détaillait la curieuse anatomie de son compagnon virtuel quand l’interphone grésilla.« Le jeu va débuter. Vous êtes prête ? » Laura hocha la tête. « Alors allons-y. »Après quelques secondes d’immobilité, l’avatar masculin tendit une main vers son pied. Immédiatement, un bras articulé ans la salle de test se déplia et une pince vint attrap.er le pied de Laura, et à le caresser en suivant les mouvements de l’avatar. Elle tressaillit, et le personnage fit glisser ses doigts le long de sa jambe, imité par le bras mécanique. Elle vit du coin de l’œil les caméras pointer dans sa direction, et suivre les mouvements. Elle se demandaient combien de personnes l’observaient à travers les écrans de surveillance.Les deux mains de l’avatar vinrent ceinturer sa taille fermement ; les yeux fixés sur l’écran, Laura ressentit presque instantanément le contact du métal froid autour de sa propre taille, juste au-dessous de la ceinture de capteurs. Les bras articulés la tirèrent un peu en avant. Elle vit le personnage virtuel s’approcher de son double, ses deux queues pointées dans sa direction. Laura ferma les yeux, et entendit une autre machine se mettre en marche. Les bras de métal enserrant toujours sa taille, elle sentit un mécanisme s’approcher. Les bras tirèrent plus franchement sur sa taille, et elle se fit pénétrer brutalement, ce qu’elle supposait être deux godes s’enfonçant en même temps dans sa chatte. Elle se tortilla ; les bras quittèrent sa taille diyarbakır escort bayan pour attrap.er ses cuisses, et la faire aller et venir sur les répliques de pénis. L’avatar masculin ne bougeait pas, et se contentait de faire venir Laura sur lui. Elle entendait les caméras se déplacer, et imaginait des techniciens en train de zoomer au maximum sur l’action. Elle aurait dû en être gênée, mais au contraire cela décuplait son excitation. Elle exagérait la cambrure de son dos, et poussait de petits cris, à la fois pour exprimer son plaisir et pour le faire partager aux observateurs. Elle ignorait si le son était reproduit dans le jeu. Les allées et venues dans son vagin s’arrêtèrent subitement. Est-ce que le joueur était déjà arrivé au bout de son excitation ? Les deux godes se retirèrent d’elles, mais les bras articulés appuyèrent la pression sur ses cuisses, puis les écartèrent un peu plus. Laura regarda l’écran, et vit que le joueur s’apprêtait à l’empaler de nouveau… mais cette fois, seul l’un des godes entra dans sa chatte, l’autre alla directement se loger entre ses fesses et la sodomisa.Les mouvements se firent plus lents ; une des mains de l’avatar quitta ses cuisses pour venir malaxer un de ses seins, et pincer ses tétons. Laura ne faisait plus semblant de gémir à présent, elle criait de plaisir. La sensation de flotter en apesanteur, en plus des stimulations exercées sur elle l’excitaient terriblement. Elle était à la fois complètement dominée, autant par le testeur que par les machines qui reproduisaient son mouvement, mais elle avait aussi toute liberté de se mouvoir pour profiter au mieux de ce qui lui était imposé. Laura positionna ses jambes de façon que son avatar ceinture le joueur, comme pour lui permettre d’entrer plus profondément en elle. Elle projeta ses bras en arrière et raidit le haut de son corps, puis avec une de ses mains vint caresser son sein laissé libre par le testeur.Ce geste surprit probablement le joueur : le mouvement entre ses cuisses s’accéléra. Laura jouit, s’arc-boutant et écartant au maximum les bras et les jambes, tout en gardant les yeux fixés sur la caméra près d’elle. Le va-et-vient continua quelques secondes, et prit fin. L’écran devint noir. Laura se laissa pendre au bout de son harnais, alors que les bras mécaniques se repliaient et rejoignaient leur logement le long des murs.Quelques minutes plus tard, l’ingénieur, les joues un peu rouges, vint détacher Laura. Il l’accompagna dans la pièce précédente, et allait la laisser avec le médecin quand elle le retint.« Est-ce que vous avez prévu de me faire tester à nouveau l’expérience, mais de l’autre côté de la barrière ? »« C’est-à-dire ? » demanda l’ingénieur« Maintenant que je connais le procédé, j’aimerais bien le tester en tant que joueuse. Sur un homme. »« Le protocole ne permet malheureusement pas cette disposition ; vous savez, vous, qu’un homme réel sera la cible de vos actions. Ça ne donnerait aucun résultat concluant.Laura ne cacha pas sa déception. L’ingénieur reprit la direction de la porte, puis se ravisa.« Vous savez, je suis également chargé de la maintenance des machines. Il faut bien les tester. Que diriez-vous de revenir ce soir, après la fermeture… et de tester le jeu sur moi ? »Laura lui répondit d’un sourire. Elle commença à imagine tout ce qu’elle pourrait faire subir à cet homme, à travers son avatar de réalité virtuelle…

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Annemi eve kapattım

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

bana ayarcı Tahsin derler babam tamirci olduğu için galiba babam ölünce annem de dul kaldı ben 15 yaşında annemde 28 yaşında neyse bir gün arkadaşlarla sohbet esnasında dul kadınları daha azgın ve istekli olduklarını öğrendim adımızda ayarcı olunca köydeki dul kadınlara iş atmaya başladım oldu da hangi kadını siktiysem zevk vermiyor üstelik beni boğuyorlardı tine arkadaşlarla buluşmamda anlattım lan senin fıstık gibi anan var sen daha ne arıyorsun canım sıkıldı eve geldim kapı yarı kıynaşık duruyordu girdim.

Annem elini amına koymuş okşuyor kan veren içinde kalmış orgazm olmaya çalışıyor biraz http://nevsehirescort.net izledim ama benim oğlan yerinde duramıyor okşamaya başladım ben orada boşaldım annem hala devam ediyor bende hal kalmadı annemdeki istek hala bitmiyor 4 kez orgazm oldu sessizce oradan uzaklaştım yeni gelmiş gibi yaparak anne diye seslendim yüzü gülüyor ne oldu bir şeymi var yok dedi senin yaptığın aptallıkları duydum da ona gülüyorum ne yapmışım sen dul kadınları sikiyormuş sun tuhaf oldum cevap veremedim nasıl yapıyorsun yalıyor musun yoksa direk sikiyorsun yooo falan dememe fırsat vermedi anlatmamı istedi.

Anlattıkça http://nevsehirescort.net dudaklarını ısırıyor nefes alması. Gözleri artık annem olayı kendi yaşıyor gibi terlemeye başladı gözlerini kapatmış bir şekilde beni dinliyor dur yavaşça yanına yaklaşarak sen de ister misin dedim hiç sormayacaksın sandım demesi ile benim anneme yapışmam bir oldu bir çırpıda soyunduk yalamaya başladım ah uhh gibi sesler çıkarıyor bense amını yalıyorum hırıltılı sesleri yoğunlaşıyor oğlum dullar senden memnunlar bana neden yardımcı olmuyorsun al senin yeni avradın ben oldum sik beni http://nevsehirescort.net diye yalvarıyor bense yalamaya devam ediyorum sikimi ağzına aldı yalıyor bende onu yalıyorum kalktım yatak odasına götürdüm 1 hafta hiç dışarı çıkmadan annemi siktim artık dullar eve geliyor annemde seslenmiyor artık ticarete döktük yinede azalmadı tüm dullar beklerim.

Sex hikayeleri:sex hikayeler,seks,Sex hık,sexhikayesi,sex hikayem,Seksi hikayeler,aldatma hikayeleri,Seks h,hikaye sex,anal sex hikayeleri,lezbiyen hikayeleri,Anal hikaye,anal sex hikaye,anal hikayeler,Seks hikayem,sesk hikayeleri,sek hikayeleri,aldatma hikaye,hala seks hikayeler,aldatma seks hikayeleri,aldatma sex hikaye,entest hikaye,hikaye sekx,analhikayeler,anal entest hıkayeler,Sikish hikayalari,Kadın anne sex hikayeleri,dul ablamla hikayem,babam annemi sikmemi istedi,Annemi Fethedisim -2-,annem sex hekay,Anal seks hıkayelerı anne ogul

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32