Un amour d’esclave – Ch 11.2

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Un amour d’esclave – Ch 11.2Mademoiselle Amandine – Deuxième PartieJ’espère qu’elle vous plaira autant que la première :)qntn—-J’ai décollé ma bouche de son sexe avant qu’elle ne décide de se relever, et je me suis lancée dans les excuses les plus sincères, les plus suppliantes que j’avais jamais faites.- Je vous en prie mademoiselle Amandine, ne m’abandonnez pas, je ne vous désobéirai plus, je vous le promets ! Je ferais tout ce que vous me demanderez !!!- Tu m’as déjà promis de faire tout ce que je demanderais… ou bien était-ce une autre promesse dans le vent ?En comprenant que mon sort était fixé, j’ai pleuré à chaudes larmes en fermant les yeux, pour ne plus voir mademoiselle Amandine, mais son image semblait imprimée à mes paupières. Entre un reniflement et un sanglot, je l’ai entendu rigoler, et j’ai pensé qu’elle se moquait de moi. J’ai été très surprise en sentant sa langue lécher mes larmes sur mes joues, et ses mains me caresser délicatement la nuque et les cheveux.- Tsssss, qu’est-ce que tu peux être naïve ma petite esclave ! Tu pensais vraiment que j’allais me priver du plaisir de t’utiliser sur un simple coup de tête ?- Mademoiselle Amandine ?- Pour rien au monde je ne te laisserais avant d’avoir fini de m’occuper de toi !- Merci, oh merci !!!- Je savais que tu allais craquer, mais j’ai été impressionnée par le temps que ça a mis. Tu m’as demandé des efforts, tu sais ?- hihi.- Tu ne mérites pas de punition…- ouf !!!- …trop sévèreLe souffle de cette femme dans mon oreille, le soulagement de savoir qu’elle resterait près de moi, et toute l’excitation accumulée depuis le début de la soirée ont explosé à ce moment-là, et la Câline sage dont lui avait parlé Maitre a disparu, remplacée par la Câline avide de découvrir les moindres secrets de l’amour entre femme et du corps de mademoiselle Amandine- Punissez-moi mademoiselle Amandine !- voyez-vous cela…- plus vous serez méchante, plus je serai gentille !- Ooooh ?Mademoiselle Amandine a glissé sa bouche dans mon cou et est remontée vers mon oreille. Puis, comme pour mettre à l’épreuve ce que je venais de lui dire, elle a pris le lobe entre ses dents et a serré jusqu’à ce que j’en pousse un petit cri de douleur. Après avoir relâché la pression, elle passé sa langue tout autour de mon oreille pour apaiser la douleur en me chuchotant des compliments.- méchante, comme cela ?- Je peux être encore plus gentille mademoiselle Amandine !!!Mes lèvres, mon cou et la plante de mes pieds ont subi le même traitement. La douleur, brève mais intense, dans ces endroits si sensibles, m’excitait comme rien d’autre et me poussait à lui en demander toujours plus. Elle venait de me mordre a pleine bouche la chair tendre de l’intérieur de mes cuisses –je voyais encore la trace de ses dents sur ma peau et remontait maintenant vers mon visage, voir comment j’allais, et si j’en redemandais plus.Evidemment j’en redemandais plus- Je veux être encore plus gentille mademoiselle Amandine !- J’ai cru comprendre que tes tétons étaient très sensibles ?Alors qu’elle disait cela, je sentais ses doigts se refermer sur mes pointes déjà toute dures.- Oui mademoiselle Amandine !Les yeux rivés dans les miens, elle a serré mes tétons entre ses doigts, d’abord doucement pour me laisser m’habituer, puis de plus en plus fort, jusqu’à m’arracher un petit cri de douleur et une larme quand elle les a tordus énergiquement. Elle a lapé ma joue du bout de la langue pour sécher ma larme et j’ai tremblé de plaisir quand elle m’a fait deux petits bisoux magique sur les seins.Curieuse de voir jusqu’où je pouvais aller, elle m’a lancé un regard interrogateur pour voir si elle pouvait continuer ses petits jeux. Je lui ai fait signe que oui et sa bouche est descendue tout le long de mon ventre, joué avec mon nombril, jusqu’à ce que son visage se trouve à quelques centimètres de mon intimité. Quand je l’ai vue se lécher les babines en regardant mes lèvres surement appétissantes, j’ai commencé à regretter…Elle m’a jeté un dernier regard, et elle a probablement vu à quel point j’étais terrorisée… J’ai bloqué ma respiration, attendant un nouveau pic d’adrénaline et de douleur. Mademoiselle Amandine prenait tout son temps, dégageant mes poils, ouvrant mon sexe, retirant le capuchon de mon clitoris qui allait probablement lui servir de cible. Ses doigts m’ont électrisée en se posant dessus, et mon spasme l’a fait rire- on dirait que lui aussi est très sensible…La voix cassée, j’ai répondu que oui. Mademoiselle Amandine s’est avancée vers moi, et j’ai repris une grande respiration, prête à endurer la douleur.Douleur güvenilir canlı bahis siteleri qui n’est jamais venue…Au lieu de mordre mes lèvres comme elle l’avait fait pour le reste de mon corps, elle a simplement passé sa langue tout le long de ma fente, de mon périnée à mon clitoris en m’arrachant un long, très long soupir de plaisir. C’était la première fois qu’une autre fille m’offrait un cunnilingus… A vrai dire, c’était la première fois qu’on m’en offrait un : mes anciens amants avaient été rebutés par ma toison, et Maitre n’aimait pas enfouir son visage entre les cuisses d’une esclave. Je le comprenais…Mademoiselle amandine a continué à jouer avec sa langue dans les replis de mes chairs intimes. Toujours attachée au lit, je ne pouvais pas bouger, mais si j’avais été libre, je me serais tortillée de plaisir dans tous les sens tellement sa caresse était divine. Elle léchait, suçait, mordillait, soufflait, tout ce qui passait à portée de sa langue ou de ses dents, et moi, novice que j’étais, je gémissais de plaisir comme jamais, tant et si bien que j’ai fini par lui demander la permission de jouir.Avant de me l’accorder, elle a posé sa bouche sur mon clitoris et l’a aspiré en faisant le vide dans sa bouche. Mon bouton semblait sortir encore plus de son capuchon, gonfler, encore et encore ! Sa langue s’est agitée frénétiquement dessus, me portant un peu plus vers l’orgasme, et c’est quand j’ai senti ses dents se refermer délicatement sur mon pauvre petit bouton –qui ne demandait que ça, que j’ai explosé.Mademoiselle Amandine ne m’a pas laissée tranquille pour autant, oh non !!! Malgré mes mouvements incontrôlés, elle gardait la bouche collée à mon sexe, continuant de me donner du plaisir toute la durée de mon orgasme, le prolongeant au-delà de tout ce que j’avais connu. Et quand finalement elle a daigné relâcher mon clitoris, sa bouche -qui semblait incapable de rester tranquille plus de quelques secondes, s’est emparée de la mienne.En même temps qu’elle m’embrassait, je l’ai sentie défaire les liens de mes poignets, et dès qu’ils furent libres, je n’ai pas pu m’empêcher de refermer mes bras autour de son corps pour la plaquer encore plus contre moi. Une telle audace avec Maitre m’aurait valu une sévère punition, mais mademoiselle Amandine me laissait faire. Elle m’a délié les chevilles, et j’ai enroulé mes jambes en bas de son dos.D’abord surprise par mon insubordination, mademoiselle Amandine a essayé de reprendre le contrôle pour que je n’aille pas plus loin. Elle m’a immobilisé les bras de part et d’autre de mon corps, puis a descendu son visage à quelques centimètres du mien en me lançant un regard lourd de reproches.- Je n’ai pas été assez méchante pour que tu sois aussi mal élevée, Câline ?- Pardon mademoiselle Amandine, je vous veux tellement !!!- C’est une raison pour devenir désobéissante, ma petite chienne ?- Non mademoiselle Amandine- Exactement. Mets-toi à quatre pattes sur le lit et pose tes mains sur tes fesses.J’ai repris le contrôle de mes pulsions et je suis redevenue une esclave docile et obéissante. Je me suis installée à quatre pattes sur le lit, et j’ai fait comme elle me l’avait ordonné.- Maintenant écarte toi les fesses pour me montrer ton entrejambe.- Comme ça mademoiselle Amandine ?- Tu rigoles ? Tout ce que je vois ce sont tes poils Câline, je t’ai demandé de me montrer tes poils ?- Non mademoiselle Amandine.J’ai plaqué encore plus mes mains sur mes fesses et j’ai continué de tirer de chaque côté pour me montrer a mademoiselle Amandine sous mes moindres coutures.- Il y a du mieux mais ce n’est toujours pas ça… Pose tes doigts sur tes lèvres, et recommence.J’ai recommencé. Au fur et à mesure de mes essais, je prenais conscience de la façon dont je me montrais. En fait, m’exposait aurait été un terme plus correct. Je me sentais tellement ouverte que je sentais comme un courant d’air au fond de mon vagin.- Parfait, superbe Câline…- Merci mademoiselle Amandine !- Désormais quand je te demanderais de t’ouvrir, c’est comme ça que je veux te trouver- Compris mademoiselle Amandine !- Mmmmmh, tu as l’air tellement chienne comme ça ! On dirait que tu invites la moitié de l’univers à te prendre. Quel privilège d’être la seule à profiter de ce spectacle… Aller hop, mets-toi dans ta position d’attente par terre.Je me suis installée par terre, assise sur les talons, le regard fixé sur elle. Elle s’est levée et est venue se tenir debout en face de moi. Très lentement, elle a fait sauter les pinces de ses jarretelles, glissé ses bas le long de ses jambes, güvenilir illegal bahis siteleri et retiré ses gants. Elle a passé ses mains dans son dos et j’ai deviné qu’elle défaisait les lacets de son bustier. Effectivement elle a fait tomber cette dernière pièce de lingerie à ses pieds et s’est tenue immobile face à moi, entièrement nue.Moi, je ne pouvais pas détacher mes yeux de son corps parfait- tout à l’heure tu disais que tu me voulais…- Oui mademoiselle Amandine !- Prouve-le… Montre-moi à quel point je te plais et comme tu me désires.N’attendant que son signal, je suis tombée à genoux et je me suis prosternée devant elle. Comme une cultiste qui vénèrerait sa déesse, je vénérai la mienne. La déesse de l’amour, du sexe et du désir. Je lui ai embrassé les pieds humblement, montant ensuite le long de ses jambes, tournant autour d’elle comme pour pouvoir recouvrir toute sa peau de baisers. En levant les yeux vers elle, j’ai vu son regard brulant de désir, presque autant que le mien.Quand je lui ai parlé, j’avais la voix tremblante d’émotion, et elle paraissait à peine plus fort qu’un souffle- Allongez-vous sur le dos mademoiselle Amandine, je m’occupe de vous- D’accord petite esclave…Je me suis éclipsée quelques instants dans la salle de bain pour récupérer le flacon d’huile de massage que j’avais achetée quelques semaines auparavant, quand nous étions allés faire des courses en ville avec Maitre. Je m’en étais déjà servi sur lui, j’étais à peu près sûre que mademoiselle Amandine aimerait tout autant.En revenant, je l’ai trouvée allongée sur le dos, comme je lui avais demandé. Je me suis mise à califourchon sur son ventre et j’ai versé un petit filet d’huile entre ses seins. Elle a couiné de surprise, ça devait lui faire froid. Pour la réchauffer, j’ai frotté mes mains à sa peau pour les enduire d’huile et l’étaler sur elle. Presque immédiatement, elle a gémi de plaisir.Je n’avais jamais massé de seins, bien évidemment… J’essayais de reproduire les mouvements que je faisais quand je me lavais sous la douche. Je faisais des mouvements lents tout autour de ses seins, puis je remontais tout aussi lentement vers ses tétons que je faisais rouler entre deux doigts glissants. En l’entendant pousser un gémissement et en voyant ses yeux mi-clos me regarder, j’ai compris à quel point elle prenait du plaisir à mes caresses.Mademoiselle Amandine restait immobile, profitant de mes caresses et me guidant vers son plaisir. Je massais son ventre quand elle a passé sa main sur ma cuisse pour attirer mon attention. Je l’ai regardée, elle avait les yeux grands ouverts et elle me souriait. Elle m’a dit d’une voix très douce- Plus basEtait-ce un ordre ou une supplication ? J’ai dégluti avec difficulté en glissant sur ses cuisses pour me mettre à la hauteur de son sexe. J’ai fait couler un petit filet d’huile sur son pubis tout lisse, et fascinée, j’ai observé le liquide glisser entre ses lèvres. Une caresse insistante sur ma cuisse m’a rappelé à mon devoir, et j’ai posé quelques doigts sur son sexe… Je la caressais avec précaution, terrifiée à l’idée de lui faire mal, de la casser comme si elle était en porcelaine.- Vas-y !- Je…je ne sais pas quoi faire ?- Tu es vraiment aussi innocente que tu en as l’air petite chienne…- Je…Oui mademoiselle Amandine… C’est… C’est la première fois que je vois une autre fille…une femme… nue.- Et bien profites en ! Explore moi, regarde, touche, sens, goutes…Je me suis couchée à ses pieds sur le lit et je lui ai obéi… Je lui ai offert un long cunnilingus qui l’a fait monter très lentement mais inexorablement. J’ai observé son intimité sous toutes les coutures en ouvrant ses lèvres, puis je l’ai goutée et j’ai redécouvert son nectar absolument divin… Son gout et son odeur m’ont remise dans tous mes états et j’ai commencé à la dévorer avec de plus en plus d’entrain.Son odeur était tellement enivrante que j’ai continué mes caresses avec le bout de mon nez. Je me suis rapidement retrouvée avec le museau recouvert de mouille, à force de le frotter de haut en bas dans son sillon et de le glisser à l’entrée de son vagin. Mon visage semblait lui donner plus de plaisir que mes doigts ou ma bouche, et ses soupirs sont devenus des gémissements, puis des cris. Elle a saisi ma tête entre ses mains et l’a appuyée entre ses jambes pour que je ne m’arrête pas au mauvais moment, puis elle a fini par jouir.- Ouiiii Câline, ouiii !!!!Je me suis relevée, le nez et les joues ruisselants de son jus et je suis allée l’embrasser. Elle n’a pas parue le moins du monde être dérangée par güvenilir bahis şirketleri sa mouille qui me maculait le visage et m’a embrassée avec appétit.- Je crois que je vais négocier avec ton Maitre pour acheter ta langue, tu lèches divinement bien petite esclave ! – Il serait triste mademoiselle, je ne pourrais plus Le sucer…- Il te reste ta gorge !J’ai ri en me couchant sur elle, mais elle m’a repoussée et nous avons interverti la position, moi couchée sur le lit et elle allongée confortablement sur moi.- Je n’en n’ai pas fini avec toi ma petite chienne ! Ecarte tes cuisses !J’ai couiné de plaisir en sentant mademoiselle Amandine verser abondamment de l’huile de massage sur mon entrejambe, espérant qu’elle m’offre un massage comme celui que je lui avais fait. J’ai poussé un cri de surprise en la voyant croiser nos jambes et glisser son sexe contre le mien. Nos lèvres intimes étaient collées l’une à l’autre, nos bouches se sont vites retrouvées réunies elles aussi.Mademoiselle Amandine a commencé à faire des mouvements de bassin, et immédiatement je me suis mise à couiner de plaisir en sentant son sexe frotter contre le mien. Elle aussi est vite remontée, et elle s’est agrippée à ma cuisse pour prendre appui et accélérer ses mouvements. En se redressant, elle a entrainé ma jambe avec elle m’ouvrant encore plus pour elle.Je mouillais comme jamais, et je devinais qu’elle aussi mouillait beaucoup. Mes poils étaient couverts de gouttes de son jus, et le mien lui maculait l’entrejambe jusqu’à l’intérieur de ses cuisses. Au niveau de nos chairs intimes, ces deux nectars se mélangeaient et partaient couler le long de mon dos. L’effort qu’elle faisait semblait épuiser mademoiselle Amandine, et elle respirait de plus en plus fort en suant à grosses gouttes. Pour la relayer, j’ai commencé moi aussi à faire des mouvements de bassin, et mes sensations ont été décuplées !Mademoiselle Amandine me léchait la jambe et le pied tout en continuant ses mouvements, de plus en plus amples et de plus en plus vite. Elle m’a écrasé la plante de son pied sur la figure, bloquant son talon dans ma bouche, m’obligeant à renifler sa peau pour pouvoir respirer- Plus vite petite chienne !- Aaaaah….J’ai saisi ses hanches pour accélérer, et elle a crié de plaisir en se cramponnant à mon genou, et quand j’ai utilisé mes dernières forces pour aller encore plus vite, elle a hurlé avant de mordre la première chose qui lui passait devant la bouche pour étouffer sa jouissance. En l’occurrence, c’était mon mollet, et mon hurlement de douleur a remplacé son hurlement de plaisir.L’adrénaline m’a immédiatement fait jouir et je me suis mise à bouger dans tous les sens comme une possédée. J’avais l’impression d’avoir le sexe en feu et en voyant les lèvres rouges vif de mademoiselle Amandine, j’ai deviné que les mienne étaient de la même couleur. A force de nous le frotter l’un à l’autre, je m’attendais presque à voir jaillir une étincelle.Mademoiselle Amandine m’a rejointe dans la jouissance quand je l’ai arrosée de jus en éjaculant et elle est tombée à la renverse sur le lit. Toutes les deux agitées de spasmes, nous continuions malgré nous de nous donner du plaisir en frottant nos sexes au bord de l’explosion. J’entendais mademoiselle Amandine pousser des balbutiements incompréhensibles en jouissant, ses griffes plantées dans mes jambes, ses pieds battant à coté de mon visage.Toujours un peu dans les vapes, je me suis remise d’aplomb et je me suis approchée d’elle, puis en la voyant j’ai réalisé à quel point mon orgasme avait été puissant : tout le haut de son corps était couvert de mon jus, même ses cheveux étaient trempés, et ce n’était pas que de la transpiration. Quelques gouttes dégoulinaient de son front et tombaient depuis son menton… Je me suis sentie incroyablement désolée d’avoir humilié mademoiselle Amandine comme cela. D’autant qu’elle me jetait un regard noir de colère en comprenant elle aussi l’état dans lequel elle était- Nettoie. Moi. Immédiatement. Petite. Chienne !!!- Pardon mademoiselle Amandine, pardon !!!Rouge de honte, j’ai posé mes lèvres sur ce corps de déesse que j’avais souillé et j’ai lapé la peau de ma maitresse. Je ne cherchais pas à savourer mon jus comme je le faisais avec Maitre, je voulais juste l’en débarrasser. Alors que je continuais de lui présenter mes excuses, à la limite des larmes, elle m’a attrapée par les cheveux et m’a tirée la tête vers son visage. Jamais je ne l’avais vue autant en colère et je m’attendais à recevoir la punition de ma vie, mais subitement elle a abandonné son faux air grave et a éclaté de rire en m’embrassant vigoureusement. J’ai compris qu’elle n’était pas le moins du monde en colère et j’ai ri moi aussi.-C’était fantastique, merci ma petite chienne adorée !- Merci à vous maitresse !- Mmmmmh.- venez, je vais vous faire votre toilette ! —-La suite dans une petite semaine !

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir