Mon initiation

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Mon initiation(dépucelé en province , mais n’ayant pas encore connu le plaisir, je vais enfin connaître le bon côté du sexe, d’une manière inattendue -Histoire vraie)Paris n’est pas si grand et j’ai eu vite fait de repérer un cinéma qui en guise de western programmait des cow boys sur des indiens et en guise de film d’espionnage, des jeunes gens regardant en cachette leur papa s’envoyant le facteur, le plombier et leur professeur. Je crus que le spectacle était sur l’écran, mais en fait l’action était sur l’ancien balcon aménagé en backroom (c’est à dire non aménagé et sans lumière). J’y croisais un jeune gars brun un peu barbu qui me proposa d’aller dans un endroit où on pourrait se mettre à l’aise. Je découvris cet endroit où l’enseigne n’indiquait que “sauna” mais qui abritait des dizaines d’hommes nus déambulant dans des couloirs et s’enfermant à deux ou plus dans les nombreuses cabines prévues à cet effet. Mon tout nouveau copain et moi-même en avons fait autant pour nous sucer et nous branler comme des sauvages. Quelques jours plus tard, je retournais dans ce lieu de débauche, mais, cette fois, en célibataire. Assez hypocritement, je m’étais mis en tête de commencer par une séance de sauna, puis de hammam, avant de retourner vers les cabines. La grande cabine de sauna n’était pas très fréquentée à mon arrivée, mais bien vite on y entrait et sortait comme dans un moulin, les gars faisant une rapide inspection des présents, lançant des oeillades avant de repartir assez vite. L’ambiance était plus calme au hammam, où les hommes se tenaient assis sur des tribunes de chaque côté d’une pièce où l’on se reposait au milieu d’une vapeur si dense que je ne devinais que des formes imprécises autour de moi. Assez vite sur ma gauche, un homme se rapprocha de moi, tout d’abord imperceptiblement, puis il vint me caresser ma cuisse avec la sienne, avant de la caresser de sa main , montant peu à peu vers l’entre-jambe. Il était plutôt petit et blond, bien plus âgé que moi, mais dans ce brouillard, je ne pouvais bahis firmaları en voir plus. Mon érection ne tarde pas à pointer et je suis très gêné vis-à-vis de nos nombreux voisins. J’essaie de la dissimuler avec mes mains. S’en est-il rendu compte? Le monsieur propose que nous sortions. Il est blond vénitien, les yeux bleus, le visage et le corps totalement bronzé. Si on oublie ses joues légèrement tombantes et un abdomen à peine arrondi, il n’a rien à envier à un jeune homme , sauf qu’il a probablement au moins cinquante ans. Dans la cabine, il est très doux, lorsqu’il m’embrasse, puis me suce , et enfin me donne son membre à sucer. Nous terminerons sur un soixante-neuf. Une première pour moi. Lorsque nous aurons déchargé tous les deux. Nous prenons une longue douche. Il me complimente sur mon physique. C’est la première personne à attirer mon attention sur la longueur et la grosseur de mon sexe. C’est très naturellement que nous nous retrouvons au vestiaire et qu’il me propose de m’inviter à dîner. Pendant le repas, il m’en dit un peu plus sur lui. Il se prénomme Luc et travaille chez un célèbre assureur dans le 9ème arrondissement. Il ne se résout à me laisser qu’ après m’avoir soutiré la promesse de le rappeler. J’ai son numéro de téléphone direct au bureau. Dans la rue, avant de me quitter,il me demande : “On t’a déjà fait l’amour?”. Je répond par la négative. Il précise qu’il est souvent libre le lundi soir et qu’il veut faire les choses bien. A l’hôtel.C’est ce qui arriva quelques semaines plus tard. Luc m’emmena dans un hôtel trois étoiles vers le Parc Monceau. J’étais vêtu de jean de la tête au pied. Il sortait du bureau, costume trois-pièces et attaché-case. Arrivé à la réception, j’étais gêné. Cela devait se voir comme le nez au milieu de la figure que nous étions amants. Luc ne se laissa pas démonter, demandant assez autoritairement au réceptionniste si on lui avait bien octroyé le type de chambre demandé, c’est-à-dire, avec un bureau dans la chambre, et une baignoire dans kaçak iddaa la salle de bain. L’établissement doit bien mériter ses trois étoiles. Lorsque nous sommes dans la chambre, il me fait couler un bain et me demande de me déshabiller. Il est assis face au lit, derrière le bureau et se rince l’oeil en répétant sans cesse que je suis beau. Lorsque je suis nu comme un ver, il m’emmène à la salle de bain, vérifie la température de l’eau et me demande de prendre un bain tranquillement pendant qu’il travaille un peu ses dossiers importants. Il laisse la porte ouverte et déplace le bureau. Assis dans l’axe de la porte, il peut me regarder en souriant tout en se mettant au travail. Après un long moment, il se lève et retire sa veste. Il vient s’asseoir au bord de la baignoire et remonte la manche de sa chemise, plongeant sa main dans l’eau entre mes jambes. Il glisse un doigt dans mon anus en me demandant si ça me fait mal. Je suis gêné: je me rappelle que je lui ai dit n’avoir jamais fait l’amour, et je pense qu’il a compris que j’étais vierge, ce qui n’est pas le cas. Dans ma grande innocence, je pense qu’il va s’en rendre compte (j’ai entendu dire qu’on peut savoir si une femme est anatomiquement vierge et je pense stupidement qu’il en est de même pour l’anus d’un homme). Il me fait un large sourire et remet de l’eau chaude dans la baignoire.”Profite encore du bain. Je n’ai pas fini mon travail.” Il revint un moment après et vint me mettre à nouveau un doigt en me branlant l’anus un peu plus longtemps, puis il me proposa de sortir pour me sécher. Je m’étais essuyé de la tête au pied quand il arriva dans la salle de bain complètement nu. Il remplit le lavabo et me demanda de lui savonner le pubis, le pénis, les testicules et le haut des cuisses. Puis il se mit debout dans la baignoire vide pour que je le rince au jet. Enfin il me demanda de le sécher .Dés que nous sommes passés à la chambre, il ouvrit le lit et me demanda de m’allonger en m’embrassant longuement. Il vint placer son sexe devant kaçak bahis mon visage et me guida afin que je lui lèche le gland, puis il me fit faire une longue fellation. Après un moment, je sentis un léger gout salé sur ma langue. Pour la première fois, je découvris un avant-gout de la semence de l’homme.Apparut entre ses mains un tube de vaseline. Il s’en enroba l’index qu’il poussa doucement dans mon rectum.”Je vais te faire l’amour !”Il fut soudain plus brusque et s’enfila jusqu’à la garde. Je n’eus pas le temps de crier. Il me fit un signe en posant son index sur ses lèvres, puis sur les miennes. Il plaça mes jambes sur ses épaules et me pilonna sans plus attendre. J’étais loin de la douleur que m’avait fait subir le médecin. Mon cul était chaud, mais j’acceptais ce que je comparais de suite à un piston de moteur qui s’activait de plus en plus vite. Luc était aux anges : “Tu m’excites!… Je suis bien en toi !”. Je me mis à l’accompagner en faisant à mon tour coulisser mes fesses sur son membre viril. Il devint plus sauvage : “J’vais te faire un gosse!… J’vais te faire un gosse!” Sa dernière phrase se termina sur un grognement prolongé. Moi même j’avais commencé à me branler et je crachais aussitôt. Je sentais la puissance du jet de mes couilles jusqu’à la pointe du gland et en même temps, une autre jouissance soudaine et inconnue, en moi. Je me mis à lâcher de longs jets puissants . Les premiers allèrent terminer leur course sur le montant du lit et même au-dessus de celui-ci, sur le papier peint. Quand nous nous arrêtâmes de remuer et d’ haleter, il nous fallut quelques instants pour nous remettre et séparer nos corps, comme soudés dans cette étreinte violente.Ce soir là, nous sommes probablement ressortis dîner, mais je ne m’en souviens pas , tellement cette baise a pris une grande place dans ma mémoire. De retour à la chambre, je tombais, épuisé dans un sommeil profond. Cette nuit là, Luc revint en moi et je connais une autre chevauchée,le cul lubrifié, les genoux sur ses épaules, cette fois les sensations furent même très intenses du fait que tout se passa dans l’obscurité. Avec Luc, j’avais aimé chaque moment de nos rapports et j’avais connu les plaisirs des sens jusqu’au plaisir ultime. Enfin!FAT DICK

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir