LE CHEPTEL CHAPITRE 29 redressement 2

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

LE CHEPTEL CHAPITRE 29 redressement 2LE CHEPTEL CHAPITRE 29 redressement 2Au matin, les 4 femmes descendent voir Jess. Elle font cercle autour de lui Marion ôte les pinces et la tapette puis le bâillon. Jess ne réagit presque pas. Claire lui relève la tête du bout de sa cravache. « Alors tu es prêt à reconnaître tes fautes et présenter des excuses ? » Jess la regarde et articule péniblement « Oui, si vous me laissez partir » « Oh mais je crois que tu n’as pas bien compris, il n’est pas question de te laisser partir tant que nous n’aurons pas de garanties de ta part : des excuses de vive voix, une lettre signée par toi et un enregistrement vidéo …  Une petite promenade te fera le plus grand bien !  Marion, prépare le poids ! »Marion laisse en place la cordelette qui serre les couilles du prisonnier et en noue une autre tout aussi serrée sur les couilles qui ont pris une teinte tirant sur le violet. Elle accroche l’autre extrémité au poids de plusieurs kilos qui a déjà servi pour Hubert. Elle le libère enfin des attaches sur le mur et il tombe lourdement au sol. « Maintenant tu vas avancer à 4 pattes dans cette cave aussi longtemps que je ne te donnerai pas l’ordre d’arrêter » dit Claire.« Et si je refuse d’avancer ? » rétorque Jess « Tu n’as pas le choix ! Marie et Catherine vont t’aider ! » elles se sont munies d’aiguillons électriques et se placent derrière lui. Catherine pose la première son aiguillon sur une couille de Jess et lance une décharge. Sous la douleur Jess fait un bond en avant ce qui a pour effet de tendre la cordelette qui le relie au poids. A son tour Marie agit sur l’autre couille. Nouveau bond et le poids se déplace légèrement.« Tu vois que tu peux » ironise Claire « Allez avance ! »« C’est bien trop lourd à tirer, je vais y laisser mes couilles » argumente JessLa réponse de Marie fuse immédiatement « Ça ne serait pas une grosse perte pour la société! » accompagnée d’une décharge sur le gland de Jess qui pousse un hurlement et avance un peu pour échapper au terrible aiguillon.Catherine intervient « Ah oui c’est très très douloureux et je ne sais pas les traces définitives que peuvent laisser ces aiguillons. Et encore ils sont réglés à mi puissance alors imagine si je pousse le curseur comme ça … » Et elle accompagne sa phrase d’un toucher d’une couille avec la puissance maximum ! Nouveau hurlement et nouveau bond en avant.« Tant que tu avanceras, il n’y aura pas de décharge mais si tu t’arrêtes … » Jess commence à avancer lentement en traînant le poids derrière lui, les couilles extrêmement distendues. Le sol inégal de la cave ne lui facilite pas la tâche ! Les 4 filles l’accompagnent dans sa progression Claire et Marion de chaque côté, Marie et Catherine prêtes à intervenir avec leurs aiguillons. Au bout d’un quart d’heure il arrive au mur du fond de la cave exténué. Claire lui ordonne de s’arrêter. Sous la menace des aiguillons on le fait mettre accroupi au dessus du poids. Marion raccourcit la corde entre les couilles et le poids de façon à ce qu’il ne puisse pas se relever sans soulever le poids. Il commence à reprendre un peu son souffle. Marion lui attache à nouveau les poignets à un anneau du mur pour qu’il ait les bras étirés au dessus de la tête. Jess relève lentement la tête vers Claire. Il se dit qu’il doit tenter à nouveau de négocier avec elle en veillant à rester poli bien que l’envie ne lui manque pas d’insulter les casino şirketleri ‘4 sorcières’. « S’il vous plaît, Madame, si vous me laissez partir je vous promets que je me comporterai bien, je signerai ce que vous voudrez ! »« Tu reconnais donc que jusqu’à présent tu te comportais mal, c’est un petit début mais pas suffisant pour moi ! »Jess déçu grommelle entre ses dents.« Qu’est-ce que tu dis ? nous n’avons pas bien entendu … » dit Marie avec une petite piqûre de rappel à l’aiguillon !«  Non rien excusez moi » « Tu vois que tu n’es pas encore prêt » réplique Claire.Jess baisse la tête et ne répond pas. Marion qui était sortie revient avec un collier de posture qu’elle place sur le cou du prisonnier puis elle resserre les différentes boucles de façon à bien lui immobiliser la tête.« Tu as peut être soif ? Si oui demande moi poliment à boire …» dit-elle. Les trois autres ont un sourire qui échappe à Jess. Après avoir un peu hésité, il se décide à répondre « Oui Madame, donnez moi à boire s’il vous plaît … »Marion ressort puis avec un clin d’œil complice aux trois autres filles revient avec un entonnoir coudé et un flacon.« C’est demandé si poliment que je ne peux refuser, ouvre la bouche… » dit-elle en plaçant l’entonnoir dans la bouche de Jess. Elle commence à verser le liquide dans l’entonnoir sous l’œil narquois des 3 filles … A la première gorgée Jess recrache violemment le liquide et l’entonnoir comme l’ont prévu les 4 filles !Marion retire l’entonnoir «C’est dommage de gâcher comme ça !  Tu n’aimes pas ce que je te donnes ? » dit-elle d’un ton faussement étonné. Les 3 autres ne peuvent cacher leur hilarité « Mais c’est de la pisse ! c’est dégueulasse … ! » éructe JessDans un éclat de rire Marion lui répond « Ah oui c’est vrai j’ai oublié de te prévenir, nous donnons toujours à boire ce que nous avons de plus précieux à nos prisonniers !  Tu as encore soif peut-être ?»Jess la regarde d’un œil furieux. On sent qu’il se retient de faire la réponse qui lui vient d’autant plus que Catherine et Marie se sont approchées avec l’aiguillon levé.« Alors si tu n’as plus soif nous allons te laisser … » Et les 4 filles sortent en riant. Jess qui se rend compte qu’elles avaient prémédité leur coup se demande ce que lui réservent ces 4 furies.Revenues au salon où Josyanne les rejoint, elles discutent ferme des résultats. Pierre vient de leur servir un verre bien frais et bien mérité avant de se coucher au sol sous leurs pieds. « Il est vraiment têtu ce connard ! »« Il va falloir trouver une méthode plus expéditive pour le briser »« Et si on demandait à Margot comme on l’avait pensé ? »« Oui, bonne idée, je l’appelle … »Claire contacte Margot, lui explique la situation …Margot a un soumis à « traiter » mais elle promet de passer en début d’après midi.Josyanne retourne à son écurie accompagnée de Marie et Catherine.Marion et Claire très énervées par leur échec relatif décident qu’elles ont besoin de passer leurs nerfs et c’est Hubert qui va en faire les frais ! Arraché brutalement au nettoyage d’une des chambre qu’il était en train de faire, il est conduit à coups de pieds dans l’arrière train jusqu’au grenier où il passe un sale quart d’heure sous les fouets des ses deux tortionnaires.Enfin un peu calmées, elle remettent Hubert au travail puis vont voir le prisonnier. « Alors tu n’as toujours pas soif ? » commence Marion. « Si mais donnez casino firmalari moi de l’eau s’il vous plaît » « Marion se tourne vers Claire comme si elle n’avait rien entendu « Il semble bien qu’il n’a pas soif… » Il tente une approche négociée « Peut-être que si vous me donnez un peu de votre pisse diluée dans l’eau je pourrais l’avaler » hasarde-t-il. « Mais c’est qu’il voudrait négocier ce bâtard, il n’a toujours pas compris qu’il n’y a rien à négocier dans sa position !» commente Marion en s’adressant à Claire. « Comme nous ne voulons pas que tu meures de soif, nous allons te donner à boire mais à ma façon .. »Marion détache la cordelette du poids, lui libère les poignets et lui rattache aussitôt les bras le long du corps avec deux courroies tandis que Claire surveille avec l’aiguillon prête à agir. Malgré sa résistance il est allongé sur une table basse par les deux femmes couché sur le dos. Marion L’attache à la table au niveau du cou, des épaules et de la taille, lui fait replier les jambes et attache les chevilles à des anneaux de la table. Une courroie au niveau des genoux complète l’immobilisation. Il est assez faible suite à son séjour prolongé dans la cave pour qu’elle n’ait pas trop de mal à le contraindre à prendre la position souhaitée surtout que Claire brandit toujours l’aiguillon ! Marion accroche une poulie à la courroie, fait passer la cordelette sur la poulie et vient la rattacher tendue au poids qu’elle a posé sur la table surélevé par une cale. Il ne lui reste plus qu’a enlever la cale pour que les couilles soient étirées par le poids suspendu a quelques centimètres au dessus de la table !Elle prépare un bâillon à entonnoir et bien sûr Jess refuse obstinément d’ouvrir la bouche. Malheureusement pour lui il ne peut résister longtemps à Marion qui installée à genoux sur sa poitrine lui pince le nez. Obligé d’ouvrir la bouche pour respirer, il se voit enfoncer le tube de l’entonnoir dans la bouche. Il ne reste plus à Marion qu’a boucler les sangles du bâillon derrière la tête malgré les mouvements qu’il essaie de faire pour l’en empêcher. Le bâillon est conçu pour bien se plaquer sur le figure de celui qui le porte ne laissant pas de possibilité de respirer autrement que par le tube ou par le nez. Le collier de posture qui limite fortement ses mouvements de tête est très efficace pour cela ! Il ne reste plus à Marion qu’a placer sous sa tête une création de Bricoslave : une planche munie de deux gros blocs de bois mobiles. Un système de ressorts puissants les plaque fortement de chaque côté de la tête qui est immobilisée.Juste avant de partir Marion fait balancer le poids pour qu’il tire au maximum sur les couilles de Jess et lui dit « A tout à l’heure pour te faire boire ! » Claire et Marion ont prévenue les autres files de se retenir pour pouvoir abreuver le prisonnier.Margot arrive en début d’après midi accompagnée d’Élise et sa fille. Elles ont aussi fait suivre Sophie et Justine. Elles sont maintenant 8 à entourer le prisonnier qui roule des yeux ronds en voyant toutes ces femmes autour de lui plus les deux sissies ultra maquillées, en jupe ultra mini et dont on voit clairement les cages de chasteté sous leurs culottes transparentes.« Alors c’est ça qui se permet de maltraiter une femme ? » gronde Margot en donnant un coup de cravache sur les couilles offertes de Jess qui pousse un hurlement étouffé en partie par le güvenilir casino bâillon« Et il trouve qu’il est indigne de boire le nectar que nous lui avons généreusement offert !» ajoute Claire.« Ça tombe bien, j’avais justement besoin d’aller aux toilettes, puisqu’il est en place autant m’éviter de remonter … » commente Margot. Marion fixe un siège de toilette monté sur 4 pieds à la table au dessus de l’entonnoir. Margot ôte sa culotte et s’installe sur le siège, elle vrille ses talons dans les tétons du prisonnier et commence à se libérer d’un jet d’urine qui arrive dans la bouche du prisonnier puis remplit l’entonnoir. Dans un premier temps, le prisonnier refuse bien sûr d’avaler mais la pince que Marion pose sur son nez l’y oblige pour ne pas étouffer. Margot continue de se soulager tout en labourant la peau du ventre avec ses talons acérés. Le prisonnier roule des yeux d’abord furibonds puis bientôt apeurés. Quelques larmes perlent au coin de ses yeux.effrayés. Margot se relève enfin et fixe le prisonnier avec ce regard perçant et menaçant qu’elle sait si bien manier. L’une après l’autre, les filles viennent se soulager dans l’entonnoir et le prisonnier est bien obligé d’avaler ce qu’elles lui offrent sous peine de ne plus pouvoir respirer. Chacune prend son temps et n’oublie pas de planter ses talons dans le ventre et sur les tétons du prisonnier. Margot qui a bien surveillé ses réactions au fur et à mesure s’adresse à nouveau à lui : « Alors connard ça fait quel effet d’avoir pu contempler autant de magnifiques chattes en si peu de temps ? Je suis sûre qui si tu étais normal tu serais déjà en train de bander comme un taureau ! »« Tu as apprécié nos différents goûts au moins ? » renchérit MarionChaque fille y va de son commentaire :« Et dire que tout ce qu’on vient de te faire avaler va passer dans ta vessie… Tu te rends compte que tu vas pisser de l’urine de fille ? »« Et regardez, Margot a raison, il ne bande même pas ! »« Peut-être qu’il n’aime les femmes que pour les maltraiter ? »« Approchez vous deux » ordonne Michelle à Sophie et Justine qui se tenaient dans un coin de la cave. « Je suis sûre que vous aussi vous avez envie de vous soulager ! »Le prisonnier roule des yeux affolés en voyant approcher ces deux soumis féminisés. Marion a retiré le siège toilette. L’une après l’autre Sophie et Justine sont mises à genoux sur les blocs qui enserrent la tête de Jess et à la commande de leurs maîtresses urinent dans l’entonnoir …Jess les regarde outré et effaré. Il a vu qu’en plus de leurs cages, ils/elles ont le cul rempli d’un plug anal. Les remarques continuent de fuser.« Comme ça il pourra comparer les goûts avec les nôtres »« Sûrement meilleur chez nous, il n’y a pas de comparaison, à moins qu’il préfère les travestis… »« Possible, mais il ne bande pas non plus, il ne peut peut-être pas … »« Je parie qu’il aimerait être comme elles »« Ah oui on pourrait bien le transformer en fille et l’offrir à des machos pour qu’il voit ce que ça fait »« Un peu de chirurgie, quelques piqûres, une rééducation … Je connais une clinique spécialisée où ça se fait »Juste avant de partir, Marion enfonce une sonde urinaire dans la bite de Jess qu’elle relie à un bocal posé au sol. « Ça serait dommage de ne pas récupérer ce bon liquide ! » ironise-t-elle.Jess a le ventre gonflé et douloureux, les couilles en feu sans parler des multiples balafres sur son ventre et sa poitrine mais ce qui l’affole le plus ce sont les propos qu’il a entendu …. Et si ces sadiques mettaient leur menace de féminisation à exécution… ou pire pense-t-il. Elles en seraient bien capables !A suivre Le cheptel chapitre 30 redressement 3

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir