Campus 2

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ass

Campus 2RésuméMon rêve s’est réalisé. Gaëlle, la ravissante étudiante au visage radieux et à la voix si sensuelle, celle que j’ai désirée pendant des mois alors qu’elle était avec un autre, est nue à mes côtés. De plus, elle vient de me promettre une surprise érotique pour le lendemain matin… et pourtant je ne me sens pas pleinement heureux. Sa relation avec le prof d’histoire m’apparaît bien plus trouble que je ne voulais l’imaginer. En attendant, il me faut patienter pendant la nuit passablement agitée, entre excitation et angoisse… et attendre encore de jouir de son superbe corps pour qu’elle me dévoile son secret…Une douce chaleur caressait mon visage. Je savais, avant même d’ouvrir les yeux, que le soleil déjà haut éclairait notre lit. À cette chaleur douce répondait celle tout aussi agréable qui se diffusait sur le bas de mon ventre. Mes yeux s’entrouvrirent et la première chose que je distinguai, ce fut sa blonde chevelure. Ses cheveux étaient tirés de chaque côté laissant apparaître un raie bien régulière au sommet de sa tête. Elle les avait attachés de chaque côté avec de fins rubans blancs. Ces couettes lui allaient à ravir.Cette douce suavité qui enveloppait mon sexe, je la devais à l’application studieuse de ma nouvelle maîtresse qui me suçait lentement, mais avec gourmandise. J’aurais voulu prendre sa jolie tignasse entre mes mains… mais c’est alors que je réalisai que mes poignets étaient liés aux barreaux du lit, tout comme mes chevilles. J’étais comme crucifié, et totalement soumis à la volupté que me prodiguait ma gracieuse partenaire.Elle était au pied du lit et je ne voyais que le haut de son buste. Un instant, elle releva légèrement la tête et me regarda droit dans les yeux, de son regard pétillant et superbe. Elle continuait, tout en me regardant, à faire coulisser ses lèvres autour de ma verge. Je voyais sa bouche décidément si belle, habillée d’un grenat discret à la nuance rosée. Tout aussi discret était le maquillage qu’elle avait pris le temps d’appliquer sur son beau visage, alors que je dormais encore comme un bébé. Ses cils assombris éclaircissaient encore la beauté de son regard, en renforçant l’intensité.J’entrevoyais et je ressentais par le contact du tissu sur mes jambes, que ma petite Gaëlle avait enfilé des vêtements, pour former un écrin délicat à sa jeune beauté. Outre un collier de perles blanches qui ondulait au rythme de sa tendre fellation, je distinguais le haut d’une veste bleue marine. Un instant, je pensais à ces étudiantes japonaises ou anglaises… Au pays du soleil levant, j’avais appris que ce sont souvent les professeurs qui fixent la taille des jupes de leurs élèves. Je me dis que la sienne ne doit pas être trop longue, car je sentais le frottement électrique de ses jambes gainées de soie entre mes cuisses… C’est alors qu’elle desserra l’étreinte de ses lèvres pour m’adresser son ravissant sourire et me combler de sa voix douce :— Bonjour !… Comme c’est bon dès le matin de te sentir dans ma bouche !Son apparence, son maquillage, son tailleur un peu strict, son collier, m’évoquaient maintenant la présence d’une hôtesse de l’air, singulièrement attentionnée à satisfaire son client ! Elle se déplaça alors en un ample mouvement pour se placer au côté du lit, et pour me laisser découvrir l’ensemble de sa silhouette. Sa jupe était courte, d’une taille tout juste nécessaire pour couvrir en position normale le haut de ses bas. Elle portait en effet, fixés par de très fins porte-jarretelles en satin, des bas de soie fins, qui éclaircissaient encore la couleur de sa peau. L’aspect élancé de ses superbes jambes était magnifié par les fines sandales à talons de couleur crème, rehaussées de minces bandelettes de cuir, qui enserrent délicatement ses chevilles. Moulé dans sa jupe étroite, son postérieur était comme un fruit gonflé, que j’aurais voulu avidement posséder. Mais je ne pouvais pour l’instant que profiter du spectacle de sa croupe qui frétillait, maintenant que mon hôtesse avait repris son ouvrage en enrobant mon sexe de sa bouche et en faisant glisser ses lèvres délicatement sur lui.Elle portait un corsage blanc légèrement transparent qui me laissait deviner par instants dans l’entrebâillement de son décolleté un soutien-gorge de fine dentelle, cette même dentelle qui habillait discrètement ses mains tout en laissant ses minces doigts nus, aux ongles parés d’un vernis blanc diaphane. Avec ses gants de première communiante, bientôt elle me caressa les bourses, et je me régalais de sentir à cet endroit si sensible à la fois la pulpe de ses doigts délicats et la tendre rugosité de la dentelle. Ses couettes caressaient mon entrecuisse dans cet ample mouvement de son buste.Elle se dégagea à nouveau de cette position, ce qui me libéra un instant, car je luttais entre l’excitation quasi insupportable et la volonté que cela dure toujours… Elle était maintenant debout sur le côté du lit. Et elle me demanda :— Dis-moi ce dont tu as envie… Je voudrais te faire jouir pour que tu t’en souviennes toujours ! Je veux que tu me parles, que tu me guides dans chacun de mes gestes. canlı bahis C’est pour cela que je t’ai attaché. C’est pour t’entendre me parler de ton désir pour moi. Je serai comme ton esclave consentante. C’est à toi de me donner des ordres ! Dis-moi ce que tu veux de moi. Tu ne peux pas savoir comme ça m’excite !Après un moment de silence où je profitais du spectacle de sa superbe silhouette cambrée et rehaussée par le port de ses hauts talons, mon regard fut attiré par ses délicates oreilles privées de toute parure, que j’avais si tôt remarqué et qui s’offraient ici à mon regard, dégagées par ses couettes, dans leur totale nudité. Je me surpris alors à lui dire :— Je veux te lécher, te sucer tes petites oreilles.Sans un mot elle pencha sa tête vers moi et l’inclina, pour offrir à ma bouche cette singulière friandise : le lobe charnu de sa petite oreille. Bientôt je la gobai entièrement pour en absorber toute la saveur, alors que ma langue s’insinuait dans les méandres du délicat appendice. Je fourrai son conduit de la pointe de la langue. Mes caresses insistantes ne restèrent pas sans effet.— C’est bon… ! Continue, tu me chatouilles… N’arrête pas…Elle se mit à respirer plus fortement et plaqua son autre oreille contre mon visage.— Tète-moi, mon gros bébé ! J’aime sentir ton souffle chaud et ta langue humide dans le creux de mon oreille !Pendant ce temps, elle plaquait son corps contre le mien, et je me rendis compte qu’elle avait glissée sa main dans sa culotte et qu’elle commençait à se masturber ! C’est alors que je lui demandai de m’offrir sa bouche. Je commençai par lui sucer chacune de ses lèvres comme si je voulais la “déshabiller” du rouge dont elles étaient parées. Puis je m’appliquai à fourrer ma langue entre ses dents, et par ma détermination je parvins à lui faire comprendre que je voulais qu’elle ouvre sa bouche au maximum pour lui téter la langue. C’est comme si je faisais une pipe à son organe chaud et gluant.Elle se mit à marmonner, et à trémousser son bassin contre ma cuisse. C’est alors qu’elle frotta son sexe contre ma jambe, tout en gémissant dans ma bouche. Je fis alors un mouvement pour me dégager de ses lèvres.— J’ai envie que tu te mettes debout sur le lit au-dessus de moi ! Je veux regarder sous ta jupe.Avec une rapidité remarquable pour répondre à chacun de mes désirs, elle se redressa pour tendre ses jambes élancées de part et d’autre de mon visage et m’offrir le spectacle de son con à peine habillé d’un string blanc et transparent.— Enlève ta culotte !Elle fit glisser la fine étoffe, relevant l’une de ses jambes en un mouvement très sensuel pour la dégager de sa chaussure, tout en s’appuyant au mur de la tête de lit pour ne pas tomber, et c’est dans cette position, penchée au-dessus de moi qu’elle m’offrit le spectacle et la divine surprise de son abricot débarrassé de tout poil. Elle s’était rasé le minou avant mon réveil ! Ses lèvres, fines et charnues à la fois, me fascinaient par la perfection de leur dessin. J’avais soudain un désir violent de goûter la saveur de sa chair la plus secrète.— Approche ta chatte, je veux te lécher, te sucer… comme tout à l’heure au creux de ton oreille.Elle bascula en avant pour s’agenouiller. J’avais alors l’effluve puissante de sa cyprine et de sa sueur intime qui arrivait jusqu’à mes narines. Mais quelle sensation exquise que la saveur acre et salée de son con au contact de ma bouche ! En ayant bien profité la veille, je ne m’en lassais pas !Alors que je labourais toujours plus fermement sa fente du plat de ma langue, elle se mit à gémir et à balancer de la croupe, comme une cavalière en furie. La douceur satinée de sa motte rasée se frottait puissamment à mon nez dans la chevauchée débridée de ma partenaire. Entre les secousses, je parvenais à lui ordonner de se défaire de ses vêtements. De son corsage tout d’abord, ce qu’elle fit avec dextérité et empressement, me dévoilant sous la fine dentelle de son soutien-gorge transparent, ses petits seins potelés à la pointe fière qui ballottaient à chaque secousse. De sa jupe ensuite, libérant ainsi son petit cul bien ferme et ravissant… De son soutif ensuite, m’offrant le spectacle de ses mamelons nus, gonflés par le désir… Elle susurrait entre le gémissement et le râle :— Continue, c’est bon ! Suce ma chatte ! Comme tu le fais bien !Dans l’excitation, elle rinça ma bouche d’un mince filet d’urine. Elle s’en excusa, comme prise en faute, parce que je ne lui avais pas demandé… C’est le moment que je choisis pour lui demander de se mettre accroupie, afin qu’elle s’empale sur moi et me pistonne avec son sexe, en trémoussant son bassin. Ses pieds menus cambrés par ses talons aiguilles étaient à portée de ma bouche et j’aventurai ma langue pour lui lécher tantôt un orteil, tantôt le dessous d’un pied. Pendant ce temps, elle s’activait avec la même conviction que tout à l’heure, mais cette fois-ci pour pistonner ma queue.J’eus juste le temps de lui ordonner de pincer fermement ses boutons de sein et de les faire rouler entre ses ongles jusqu’à les faire rougir, ce qu’elle fit toujours avec bahis siteleri la même obéissance aveugle. À ce rythme-là, je ne pus pas longtemps résister et j’éjaculai en elle.C’est après quelques minutes, que me revint à l’esprit la question du mystère autour de sa relation avec M. R., notre prof. Gaëlle était blottie contre moi, toute chaude, sa tête posée sur mon torse, l’un de ses mamelons plaqué contre mon ventre.— Tu voulais me dire quelque chose ?Il y eu un long silence… Elle se releva pour enfiler son corsage, qu’elle laissa ouvert. J’observais plus calmement le spectacle de ses beaux seins nus. Elle était assise sur la bordure du lit, la tête inclinée. Elle défit les rubans de soie qui attachaient ses cheveux. Sa chevelure repris sa forme habituelle… À ce moment, je crus revoir dans l’expression de son visage cette gêne qu’elle avait manifestée la première fois que j’avais vu son visage à l’amphi. Tout son visage imperceptiblement rosissait jusqu’aux oreilles… Elle chercha à se ressaisir et releva ses beaux yeux. Une larme perlait le long de sa pommette…— J’ai peur que tu ne veuilles plus de moi…Je croisais son regard mélancolique, partagé entre plusieurs sentiments contradictoires qu’elle balaya en quelques mots.— Je ne t’ai pas tout dit à propos du prof. Tu n’aurais pas compris…Après une longue pose…— Il a fait plus que me draguer, mais je peux te jurer une chose, c’est qu’il ne m’a jamais touchée.Ces propos qui avaient sans doute pour objectif de me rassurer, provoquèrent l’effet contraire. J’eus un mouvement involontaire de recul et repliait mes jambes entre mes bras en position fœtale, tout en ne la quittant pas des yeux. J’étais brusquement coupé de toute sensation, sans doute pour me protéger de ce qu’elle allait m’apprendre. Je la revis comme une icône splendide et inaccessible, ce qu’elle avait été pendant de longs mois.— La première fois que je suis allée le voir le lundi…Car c’est ce jour-là qu’elle avait sa séance particulière à propos de son mémoire, dans une petite salle à l’étage, à côté des salles de classe.— … il ne s’est rien passé… Et puis la fois suivante, il a commencé à me complimenter, non plus sur mon travail, sur lequel il n’avait pas perdu tout sens critique, mais sur mon physique. Il flattait ce qu’il appelait la finesse exquise de ma taille, l’aspect léger et gracieux de ma silhouette”. Il me demandait juste avant que je parte, de me placer debout face à lui et il me contemplait ainsi quelques instant avant de me remercier…« J’étais vraiment gênée et j’ai envisagé au début, de choisir un autre directeur de recherche. Il me demandait de rester pareille à moi-même de ne pas sacrifier à ma beauté. Il voulait que je vienne en jupe parce qu’il trouvait que cela m’allait à ravir. C’est à ce moment que je me suis rendu compte que je me prenais au jeu. Si certains jours, je mettais un pantalon, le lundi je venais toujours en jupe.Il s’ensuivit un long silence, et puis je lui demandai de continuer.— Je pensais toujours à lui, lorsque je m’habillais le lundi matin. Il m’apportait une attention flatteuse, alors qu’avec Sébastien, le garçon avec lequel tu m’as vue, il n’y avait que du sexe. J’appréciais l’attention qu’il me portait sans rien me demander, cet amour platonique qui n’existait que par le regard. Lorsqu’il m’observait ainsi debout, il me demandait de le regarder dans les yeux, ce que je faisais sans déplaisir. Cette relation où le contact n’avait pas sa place, prenait de plus en plus d’ampleur. Je savais que s’il avait voulu, j’étais prête à céder à d’autres désirs à condition qu’ils ne satisfassent que son regard… mais il ne me demandait rien, et c’était bien.Par le coup d’œil qu’elle me lança, je savais que pendant cette nouvelle pause elle essayait de lire dans mes pensées, comme pour savoir jusqu’où elle pouvait aller dans ses révélations. Elle reboutonna son corsage comme pour compenser l’impudeur de ses propos.— Je le voyais pour le travail et puis je lui offrais juste la possibilité de me dévisager du regard… Je prenais soin, par contre, et tu remarqueras que c’est toujours le cas, de ne pas porter de string ce jour-là. Qu’il n’interprète pas ma tenue, en me regardant sortir de la pièce et en observant le dessin de mes fesses, car tu sais que j’aime porter des jupes un peu étroites… qu’il ne voie pas dans ma tenue comme un appel à aller plus loin.— Est-ce que tu as déjà eu envie d’aller plus loin ?— C’est déjà fait !Il y eut cette fois un long silence. Gaëlle jusque-là déterminée à me parler d’un air franc, semblait vouloir se dérober. Je ne pouvais pas masquer mon inquiétude.— Qu’est-ce que tu veux dire par là ?— C’était un peu avant ma rupture avec Sébastien. Un jour il m’a demandé de lui en montrer plus et j’ai accepté. Avec mon mec j’en avais marre de cette relation où il n’y avait plus que le cul, où il ne me voyait même plus. Il ne pensait, dès qu’il était avec moi dans un lieu intime, qu’à faire l’amour, ou plutôt à me baiser ! Au début j’avais aimé ça, parce que j’adore le sexe, mais à ce moment-là j’étais devenue comme transparente pour lui. Il bahis şirketleri ne pensait qu’à fourrer sa bite dans ma chatte…Il y avait un curieux contraste entre son attitude physique, où elle se repliait sur elle-même tout en continuant son récit, en m’évitant désormais du regard, et la crudité de ses propos.— L’autre jour, M. R. m’a demandé de lui montrer mes seins… et je l’ai fait.Le silence était maintenant pesant entre nous. Il y avait désormais comme une distance invisible qu’elle dût ressentir, car elle choisit ce moment pour enfiler sa jupe. Elle était en train de m’avouer qu’elle avait montré à notre prof d’histoire sa poitrine dénudée, et dans un même temps elle dérobait à ma vue sa nudité présente !— Je n’arrêtais pas de le regarder. Tour à tour il croisait mon regard et le posait sur mes seins. Et puis, il a sorti de sa poche un mouchoir en tissu, l’a glissé sous sa braguette, et il s’est branlé…Tout cela était comme irréel, la tournure soudaine de notre relation, l’intimité sexuelle exquise que nous partagions et puis maintenant cette intimité autrement cruelle de la pensée… Plus j’en savais sur elle et plus elle m’apparaissait mystérieuse.— Pourquoi me dis-tu tout cela maintenant ?— Je ne le sais pas moi-même. Je ne pouvais pas ne pas te le dire après ce qui s’est passé entre nous.— Est-ce que tu lui as montré tes seins plusieurs fois ?— Il n’a pas eu même à me le redemander. C’est devenu comme un rituel, jusque-là secret entre nous. Dès qu’il referme son portable et pendant qu’il range ses affaires dans sa mallette, je déboutonne mon corsage ou j’enlève mon T-shirt et lui montre mes seins. Il sort alors son sexe et se masturbe devant moi.— Et cela ne te dégoûte pas ?— Non.Elle releva sa tête après de longues secondes pour porter ses yeux sur moi. Son regard était troublé par des larmes qu’elle ne cherchait pas à retenir. Et c’est dans un sanglot qu’elle fit basculer son corps contre le mien en me serrant dans ses bras.— Je ne sais pas ce qui se passe. Je t’aime, mais je sais que demain, en allant le retrouver, je ne veux pas que ça s’arrête. Je veux qu’il continue à se donner du plaisir en me regardant. Je ne sais pas pourquoi,… Je sais seulement que c’est important pour moi.Elle se mit à pleurer, son corps était pris de soubresauts et malgré moi je me surpris à la serrer fort à mon tour, comme pour la protéger. Curieusement, j’étais passé en quelques minutes du statut d’amant à celui de confident.Les jours qui suivirent, notre relation prit une tournure nouvelle. C’est comme s’il fallait nous protéger l’un l’autre et protéger notre relation comme un bien fragile. Quelque part, elle m’avait confié une part de son jardin secret et je lui en étais reconnaissant. Nous faisions l’amour toujours aussi souvent, c’est à dire deux ou trois fois par jour, mais avec plus de tendresse, plus d’attention encore au désir de l’autre. Il y avait un jeu étrange entre nous.Ainsi, le lundi matin, je la voyais se vêtir d’une culotte blanche tout ce qu’il y a de neutre, alors que le reste de la semaine elle se mettait maintenant toujours en string, tant elle savait que cela me plaisait. J’étais comme complice de sa relation trouble avec le professeur, et j’en tirais presque un sentiment absurde de supériorité, notamment lorsque je le voyais dans l’amphi, parce que je savais quelque chose de très intime sur lui… et parce qu’il désirait violemment la fille que j’avais le plaisir de posséder tous les jours. Cet équilibre particulier résultait de la confiance totale que j’avais en Gaëlle, qui s’était confiée dès qu’elle l’avait pu, sur un sujet qui était difficile à avouer… Il était convenu entre nous que si elle ne me disait rien de sa relation avec le prof, c’est qu’il n’y avait rien à en dire de plus… J’avais une totale confiance en elle.Cet équilibre pourtant un jour allait être remis en cause. Un lundi en fin d’après-midi, ma délicieuse chérie comme à son habitude, se réfugia dans la salle de bain pour prendre une douche. Elle m’avait déjà expliqué qu’après avoir été regardée torse nu, elle avait besoin de se laver, comme pour se débarrasser du poids de son regard. C’est par hasard que j’aperçus dans le reflet d’une glace qui donnait sur l’entrebâillement de la porte, Gaëlle, ou plutôt le cul nu de Gaëlle au moment où elle ôtait sa jupe ! Je savais pertinemment qu’elle avait une culotte ce matin, et qu’elle rentrait directement à cette heure-ci, de son cours « particulier » !Je ne dis rien pendant une semaine, espérant qu’elle aurait le courage de m’expliquer ce qui s’était passé par elle-même mais elle ne me dit rien. Le lundi suivant au retour de son « travail », je me précipitai sur elle comme je le faisais souvent, et je me mis à caresser ses globes fessiers par-dessus le tissu. Elle cherchait d’évidence à se dérober, mais j’avais bientôt les mains glissées sous sa jupe au contact de sa peau nue !Je m’écartais légèrement pour observer son visage et je la vis pour la troisième fois rougir, mais cette fois d’une façon bien plus franche. Elle se dégagea et courut dans la salle de bain pour s’enfermer à double tour. Ce n’est qu’après un long moment que je tentai d’engager une conversation à travers la porte. J’étais bien décidé, même si cela devait être douloureux, à connaître tous les détails de ce qu’était devenue leur relation !

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir